Accéder au contenu principal

Loi de sécurité nationale à Hong Kong: la Chine accuse le Canada d'ingérence

L'ambassadeur de Pékin à Ottawa, Cong Peiwu, le 22 novembre 2019.
L'ambassadeur de Pékin à Ottawa, Cong Peiwu, le 22 novembre 2019. REUTERS/Blair Gable
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le Canada fait partie des pays occidentaux qui ont fortement condamné l’imposition par Pékin de la loi de sécurité nationale à Hong Kong. Pékin a réagi samedi par la voix de son ambassade à Ottawa.

Publicité

Avec notre correspondant à Shanghai, Simon Leplâtre

Pékin n’apprécie pas de se voir donner des leçons en matière de droits de l’homme. Après l’imposition par la Chine d’une loi de sécurité nationale profondément liberticide à Hong Kong, le Canada a décidé samedi de suspendre son traité d’extradition avec le territoire chinois, de moins en moins autonome sous la pression de Pékin.

« Remarques injustifiées »

La Chine s’insurge : dans une déclaration publiée sur son site internet, l’ambassade chinoise à Ottawa a dénoncé des « remarques injustifiées qui s'ingèrent gravement dans les affaires intérieures de la Chine ».

« Certains pays occidentaux, dont le Canada, se mêlent des affaires de Hong Kong sous le prétexte des droits humains, ce qui viole gravement le droit international et les normes fondamentales des relations internationales », a indiqué le porte-parole.

La Chine a adopté ce texte unilatéralement et sans consultation des responsables politiques hongkongais. Le texte « renforcera le cadre juridique de Hong Kong » et « profitera » à ses citoyens et aux investisseurs internationaux, a-t-il défendu.

Relations déjà tendues

Vendredi, le Premier ministre canadien Justin Trudeau s'était dit « préoccupé » par la situation dans l'ex-colonie britannique, affirmant que le Canada croyait « fermement » au principe « d'un pays, deux systèmes » censé garantir à Hong Kong des libertés inconnues ailleurs en Chine jusqu'en 2047.

Les relations sino-canadiennes sont déjà très tendues à cause de la procédure d’extradition vers les États-Unis de Meng Wanzhou, la fille du fondateur de Huawei. En représailles, la Chine a arrêté deux citoyens canadiens fin 2018, Michael Kovrig et Michael Spavor, récemment inculpés d’espionnage.

►À lire aussi : Loi sur la sécurité nationale: témoignages de Hong-Kongais sous le choc

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.