Accéder au contenu principal

Loi sécurité à Hong Kong: les indépendantistes taïwanais aussi dans le viseur

La présidente taiwanaise Tsai Ing-wen, le 20 mai 2020 à Taipei.
La présidente taiwanaise Tsai Ing-wen, le 20 mai 2020 à Taipei. Handout / Taiwan Presidential Office / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La loi sur la sécurité imposée par Pékin à Hongkong vise avant tout à saper le mouvement démocrate hongkongais. Mais les partisans de l’indépendance de Taïwan pourraient tout autant être visés par la nouvelle législation.

Publicité

Avec notre correspondant à Taipei, Adrien Simorre

Hong Kong ne sera plus sur la liste des destinations proposées par l’agence de Kai-Wen. Ce Taïwanais de 31 ans travaille pour un des plus grands tours operators taïwanais. Par sécurité, il préfère donner une fausse identité.

« Nous avions de très nombreuses escales à Hong Kong, mais avec cette nouvelle loi, beaucoup de Taiwanais ne se sentent plus en sécurité quand ils y vont. Donc notre nouvelle politique va être d’éviter toutes les escales à Hong Kong : le risque est trop élevé ! »

Car la loi sur la sécurité nationale vise aussi les soutiens à l’autonomie de Taïwan. C’est le cas du parti démocrate-progressiste (PDP) au pouvoir à Taïwan. « Nous demandons aux Taïwanais d’éviter de se rendre à Hong Kong, déclare Lin Fei-fan, le secrétaire général-adjoint du PDP. Par le passé, il y a déjà eu des militants taiwanais qui ont été arrêtés par Pékin qui les considéraient comme étant des criminels. »

À écouter : Taïwan soutient les militants hongkongais contre la loi sur la sécurité imposée par Pékin

Deux tiers des Taiwanais ne se sentent plus chinois

La loi sur la sécurité a donc jeté un froid à Taïwan, également sous la menace de la Chine. Mais Lin Fei-fan se veut rassurant : « Après le passage de la loi, de plus en plus de Taïwanais se disent qu'ils doivent protéger leur pays face aux agressions chinoises. Donc je pense qu'au final, ça va nous consolider ! »

Et les sondages semblent lui donner raison. Selon une étude publiée la semaine dernière, 67 % des Taïwanais ne se définissent plus comme étant Chinois. Un niveau historique.

À écouter : Tensions entre la Chine et les pays occidentaux: «Hong Kong et Taïwan sont aux avant-postes de la confrontation»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.