La réputation du bac chinois entachée par des scandales d'usurpations d'identité

Des étudiants chinois sortent de leur dernier examen du «gaokao» à Pékin le 10 juillet 2020.
Des étudiants chinois sortent de leur dernier examen du «gaokao» à Pékin le 10 juillet 2020. AP Photo/Mark Schiefelbein

Souvent réputé comme l’examen le plus difficile au monde, le « Gaokao », l’équivalent chinois du baccalauréat, est surtout déterminant dans la vie d’un jeune lycéen. En fonction de la note obtenue, le candidat pourra accéder aux universités les plus prestigieuses du pays, mais de nombreuses usurpations d’identité ont été révélées et largement commenté en Chine.

Publicité

Avec notre correspondant à Pékin, Zhifan Liu 

Le principe du « Gaokao » est simple. Ceux qui obtiennent les meilleures notes au baccalauréat national auront le choix d’intégrer les meilleurs universités du pays à la rentrée. Mais la méritocratie à la chinoise a révélé quelques failles ces dernières semaines. 

Plusieurs cas d’usurpations d’identité ont été largement relayés sur les réseaux sociaux. Le schéma est souvent le même : un ou une élève d’un milieu modeste se voit priver de cursus universitaire par un autre étudiant dont la famille est plus privilégiée et mieux connectée.

C’est ce qui est arrivé à la jeune Chen qui avait passé le « Gaoako » en 2004 avant d’enchaîner des petits boulots faute d’avoir décroché son diplôme. Dans le même temps, une autre jeune fille a entamé une carrière dans l’administration locale, son père ayant déboursé 250 euros pour subtiliser l’identité et les résultats de la pauvre Chen. Mais Pékin affirme que ces scandales sont de l’histoire ancienne depuis l’avènement de la reconnaissance faciale et du contrôle des empreintes digitales. 

Ces destins cruels font toujours parler dans un pays ou le « Gaokao » est vu comme un des meilleurs moyens de grimper les échelons sociaux. Les bacheliers consacrent souvent toute leur année de terminale à cet objectif en multipliant les soutiens scolaires et les tutorats privés tout en gérant la pression des parents, soucieux du meilleur avenir possible pour leur enfant.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail