Accéder au contenu principal

Coronavirus: des dizaines de millions d'Indiens reconfinés

La ville de Bangalore s'est reconfinée mercredi pour une semaine pour tenter de freiner la propagation du Covid-19.
La ville de Bangalore s'est reconfinée mercredi pour une semaine pour tenter de freiner la propagation du Covid-19. Manjunath Kiran / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Dans le troisième pays le plus touché par la pandémie de Covid-19 avec près d’un millions de cas déclarés, plusieurs villes et régions reconfinent leur population ces jours-ci : la troisième ville du pays, Bangalore, impose cette mesure à partir de ce mercredi matin, alors que l’État du Bihar, à l’Est, confine à partir de ce jeudi 120 millions de personnes.

Publicité

Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

Ces deux régions de Bangalore et du Bihar, au sud et à l’est du pays, ont été largement épargnées jusqu’à présent. Mais elles voient le nombre de cas grimper de 5 à 10% par jour ces derniers temps. Et encore, l’ampleur de la contamination est sous-évaluée, surtout dans la région pauvre du Bihar, où l’on fait très peu de tests : soixante fois moins par habitant et par jour qu’à New Delhi, par exemple. Si l’on en croit les chiffres officiels, le Bihar a enregistré moins de 20 000 cas de Covid-19 depuis le début de la pandémie, et 150 morts pour plus de 100 millions d'habitants.

Dans cet État, les hôpitaux publics sont déjà surchargés en temps normal et les autorités craignent une vraie crise si le virus se répand davantage. Elles choisissent donc la manière forte : tous les commerces et bureaux ainsi que beaucoup de marchés vont fermer jusqu’au 31 juillet, et les transports publics vont s’arrêter.

Bangalore, à l’inverse, est l’une des villes les plus riches du pays, mais elle ne semble pas s’être préparé pour l’arrivée du virus. Et ce sont cette fois les docteurs qui manquent cruellement. La ville entre en confinement ce mercredi pour une semaine afin d'espérer freiner la propagation du virus.

Nombre de cas stable dans les mégapoles

Entre ces deux régions, c’est donc 10% de la population indienne qui va être confinée. L’Inde fait face à une propagation géographique du coronavirus. De manière générale, en dehors de New Delhi et Bombay, où d’importants moyens ont été déployés ces derniers mois et où on assiste désormais à une stabilisation du nombre de cas, le virus progresse rapidement dans presque toutes les régions indiennes, en particulier le Sud et l'Est, et le pic national de la contamination ne devrait pas être atteint avant plusieurs mois. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.