Accéder au contenu principal

La Chine s’attaque aux primaires des pro-démocraties à Hong Kong

Une personne votant durant les primaires organisés par les pro-démocratie à Hong Kong le 11 juillet 2020.
Une personne votant durant les primaires organisés par les pro-démocratie à Hong Kong le 11 juillet 2020. AFP Photo/May James
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le régime communiste chinois a dénoncé les « primaires » organisées par le camp pro-démocrates ce week-end, qu'il a qualifiées de contraires à la nouvelle loi sur la sécurité nationale.

Publicité

Avec notre correspondant en Chine, Stéphane Lagarde

Pour la cheffe de l’exécutif hongkongais comme pour les responsables du bureau de liaison du gouvernement central, la consultation électorale de ce week-end serait non seulement « illégale », mais elle aurait en plus bénéficié du « soutien des forces extérieures ». Avec ces deux qualificatifs, le scrutin interne organisé par l’opposition serait donc hors-la-loi et viendrait violer la nouvelle législation sur la sûreté nationale imposée à l’ex-colonie britannique par Pékin depuis le début du mois.

Crainte d'un raz-de-marée électoral en septembre

Parmi les autres arguments avancés par l’autorité, des plaintes concernant l’interdiction des grands rassemblements en période épidémique, ou encore, ce qui ferait presque sourire les militants pro-démocratie, « le manque de protection des données personnelles collectées auprès du public ». Une réaction qui trahit surtout la crainte des pro-Pékin d’assister à un raz-de-marée électoral des défenseurs des libertés le 6 septembre.

Il y a quelques jours, la police aurait d'ailleurs effectué une perquisition au siège de l’Institut de recherches sur l’opinion publique afin de saisir l’ensemble des enquêtes publiées ces derniers mois qui pour la plupart trahissent une défiance de l’opinion hongkongaise vis-à-vis de l’autorité locale et du gouvernement central.

Pour le régime chinois, l’opposition en soi n’existe pas ou elle émane forcement de l’étranger. Or, ce sont plus d’un demi-million de personnes qui ont participé à la consultation ce week-end selon les organisateurs, laissant aux pro-démocratie l’espoir de ravir 45 sièges au Parlement à l’occasion des prochaines législatives. Si toutefois ces dernières sont maintenues, et si les candidats souvent des militants jeunes arrivés en tête des primaires ne sont pas écartés des listes électorales au prétexte qu’ils auraient enfreint la loi.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.