Accéder au contenu principal

Mousson en Inde: inondations meurtrières dans le nord-est du pays

Des sauveteurs de la Force nationale de réaction aux désastres après des inondations à New Delhi, le 18 juillet 2020.
Des sauveteurs de la Force nationale de réaction aux désastres après des inondations à New Delhi, le 18 juillet 2020. Sajjad HUSSAIN / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les pluies de mousson ont provoqué des inondations meurtrières depuis plusieurs jours dans le pays. 110 personnes sont mortes et 2,4 millions sont touchées dans l’État de l’Assam. Ces ravages sont causé en particulier par la crue du fleuve Brahmapoutre, l’un des plus violents et imprévisibles de la région.

Publicité

Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

Maisons emportées, ou inondées jusqu’au toit, 50 000 personnes déplacées dans des camps et 100 000 hectares de terres dévastées. Le Brahmapoutre ravage l’État de l’Assam, comme régulièrement lors de la mousson. Au moins deux digues censées le contrôler ont cédé sous la pression et aussi peut-être à cause d’un manque d’entretien cette année, constate Himanshu Thakkar, coordinateur du réseau SANDRP, spécialisé sur les rivières. « La proposition pour le renforcement des digues n’a été émise qu’en mai, alors que c’est le moment où commencent déjà les inondations. »

Le Brahmapoutre est déjà considéré comme le fleuve le plus destructeur en Inde. Cela pourrait empirer, explique ce spécialiste, car 20 barrages sont en construction ou en projet avancé dans l’État de l’Arunachal Pradesh, en amont du fleuve.

Manifestations contre les barrages

« Le Brahmapoutre est l’un fleuves qui transporte le plus de limon au monde et cette vase est emportée par ses flots, souligne Himanshu Thakkar. Or quand vous coupez les forêts et créez des barrages, vous réduisez la capacité d’absorption de ses rives, et vous augmentez donc la capacité de destruction du fleuve par ce limon. »

Des manifestations ont lieu contre la construction de ces barrages. Mais le gouvernement de l’Arunachal Pradesh a prévenu que ces actes pourraient maintenant être considérés comme des actes de trahison.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.