Accéder au contenu principal

Scandale de corruption 1MDB: l'ex-Premier ministre malaisien Najib Razak déclaré coupable

L'ancien Premier ministre malaisien Najib Razak à son arrivée au tribunal de Duta pour entendre un premier verdict dans l'affaire 1MDB, à Kuala Lumpur le 28 juillet 2020.
L'ancien Premier ministre malaisien Najib Razak à son arrivée au tribunal de Duta pour entendre un premier verdict dans l'affaire 1MDB, à Kuala Lumpur le 28 juillet 2020. Mohd RASFAN / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Malaisie, un premier verdict vient de tomber dans l’immense affaire de corruption 1MDB, nommée d’après ce fonds national d’investissement créé en 2009, et vidé de 4,5 milliards de dollars. L’ancien Premier ministre Najib Razak vient d’être jugé coupable de 7 chefs d’accusations de corruption et blanchiment concernant une première somme de 10 millions de dollars.

Publicité

Avec notre correspondante régionale en Asie du Sud-Est, Gabrielle Maréchaux

Sa cravate était assortie à la foule, rouge et bleue toutes les deux, aux couleurs politiques de Najib Razak. Entré nonchalant au tribunal accompagné des prières de ses partisans, il en est ressorti coupable d’abus de pouvoir, de corruption et de blanchiment d’argent.

Sa défense, candide, n’a pas convaincu les juges. Ceux-ci n’ont pas cru l’ancien Premier ministre quand il assurait penser sincèrement que les quelque 10 millions de dollars versés sur son compte était une donation de la royauté saoudienne et que sa signature avait pu être falsifiée. Le procureur a également souligné que Najib Razak n’avait pas rendu l’argent lorsque le détournement avait été rendu public.

35 autres chefs d'accusation

Seize mois après le début de l’enquête judiciaire, c’est une première déconvenue pour l’ancien Premier ministre mais certainement pas son dernier mot. Najib Razak pourra faire appel. D’autres procès l’attendent avec 35 autres chefs d’accusation.

Celui que ses supporters surnomment « Boss » est toujours député du Parlement malaisien. Il connaît toujours une grande popularité : son compte Facebook est ainsi bien plus suivi que ceux de ses deux successeurs.

Á lire aussi : Scandale financier 1MDB: 300 millions de dollars de retour en Malaisie

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.