Hong Kong: la police ordonne l’arrestation de 6 militants pro-démocratie en exil

Une couple passe devant une rangée de policiers à Hong Kong, le jour de l'anniversaire de la rétrocession du territoire à la Chine, le 1er juillet 2020.
Une couple passe devant une rangée de policiers à Hong Kong, le jour de l'anniversaire de la rétrocession du territoire à la Chine, le 1er juillet 2020. REUTERS/Tyrone

Après le report d'un an des législatives à Hong Kong officiellement à cause du Covid-19, et au grand dam de l'opposition pro-démocratie, la police hong-kongaise a ordonné vendredi 31 juillet l'arrestation de 6 militants pro-démocrates en exil, notamment aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Publicité

L'exil et la nationalité étrangère ne nous protègeront pas... C'est le constat amer de Samuel Chu, militant hong-kongais pour la démocratie et citoyen américain. Il a appris vendredi 31 être recherché pour avoir « incité à la sécession et à la collusion avec des puissances étrangères ». Au total, la police hong-kongaise a ordonné vendredi 31 juillet l’arrestation de 6 militants pro-démocratie en exil.

« Si je suis visé, n'importe quel Américain, n'importe quel citoyen de n'importe quel pays qui s'exprime en faveur de Hong Kong, peut l'être et le sera aussi », a-t-il déclaré. C'est la première fois que les autorités hong-kongaises invoquent la compétence extraterritoriale de la nouvelle loi sur la sécurité nationale pour s'en prendre à des militants hors de la région.

À (re)lire: Entretien – Report des législatives à Hong Kong: « L'exécutif et Pékin peuvent faire ce qu'ils veulent »

Egalement recherché, Nathan Law, l'un des leaders des manifestations de 2019. Il a récemment fui Hong Kong pour la Grande-Bretagne, tout comme Simon Cheng, un ancien employé du consulat britannique à Hong Kong qui a obtenu l'asile à Londres après s'être plaint de tortures en Chine.

Ca m'a pris de court, je n'ai pas été contacté personnellement. Des amis m'ont appris que j’étais sur la liste des personnes les plus recherchées par le département de la sûreté de l’État de la police de Hong Kong. Ces accusations sont sans fondement. Je n'ai jamais appelé à l'indépendance de Hong Kong...

Réfugié à Londres, Simon Cheng s'exprime.

Depuis l'entrée en vigueur de la nouvelle loi, 4 étudiants ont été arrêtés pour incitation à la sécession sur les réseaux sociaux et 12 candidats pro-démocrates ont été disqualifiés pour les législatives qui devait avoir lieu en septembre.

Après le report de ces élections dans un an, l'Allemagne a suspendu son traité d'extradition avec Hong Kong, imitant ainsi le Royaume-Uni ou l'Australie. Ce que Pékin a condamné comme une violation des lois internationales.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail