Accéder au contenu principal

Coronavirus en Inde: bientôt un système pour décontaminer et recycler les masques N95

Prototype d’un «smart mask», ou masque intelligent, développé par les scientifiques du TIFR, qui devrait bientôt être breveté.
Prototype d’un «smart mask», ou masque intelligent, développé par les scientifiques du TIFR, qui devrait bientôt être breveté. TIFR
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Des chercheurs indiens ont inventé un ingénieux système qui permet de laver et décontaminer des masques N95 sans réduire leur efficacité. C’est une technique bon marché qui permettrait de recycler ces outils essentiels contre la pandémie, de réduire les déchets et d'éviter les pénuries.

Publicité

De notre correspondant à New Delhi,  Sébastien Farcis

Le masque N95 constitue l’une des barrières les plus efficaces contre le nouveau coronavirus, car il retient 95% des particules qui circulent dans l’air, tout en nous laissant respirer. Cela est rendu possible, car son filtre est parcouru par une charge électrostatique, qui attire les particules dans ses filets. Le problème est que quand on nettoie ce masque, cette charge baisse et il ne filtre plus qu’à 70% maximum.

L’équipe de l’Institut Tata pour la recherche fondamentale (TIFR), à Bombay, a ainsi trouvé une manière de recharger ce masque. Pour cela, ces physiciens ont d’abord utilisé une raquette en plastique électrifiée, utilisée très largement en Asie pour tuer les moustiques. C’est ce qu’explique Shankar Ghosh, directeur de cette recherche. 

« Cette raquette est alimentée par une batterie de 4 volts, mais grâce à un petit circuit électronique à l’intérieur, elle déploie 2 kilovolts dans la raquette. Vous pouvez utiliser ce même circuit bon marché, tirer les fils qui en sortent et les connecter à deux plaques de métal. Après avoir nettoyé votre masque, vous le placez entre ces deux plaques, comme un grille-pain, vous activez le courant et cela va recharger votre masque. »

Grâce à cette technique, les chercheurs ont inventé un modèle de masque équipé d’une pile embarquée, pour recharger le filtre de manière continue, le « smart mask », comme ils l’appellent. L'équipe du centre de recherches TIFR est en train d’en déposer le brevet, et prévoit ensuite de le commercialiser.

À écouter: Inde: nouvel épicentre du Covid-19, Bangalore mise sur les tests gratuits

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.