Accéder au contenu principal

Japon: Nagasaki se recueille, 75 ans après la bombe atomique

Nagasaki dévastée après la bombe atomique larguée sur la ville par le B-29 de l'US Air Force, le 9 août 1945.
Nagasaki dévastée après la bombe atomique larguée sur la ville par le B-29 de l'US Air Force, le 9 août 1945. AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Trois jours après Hiroshima, les États-Unis larguaient une autre bombe atomique, au plutonium cette fois, plus puissante que celle à l'uranium, sur Nagasaki, tout au sud du Japon. Elle fit 70 000 victimes, dont 20 000 personnes tuées sur le coup. Lors de la commémoration ce dimanche 9 août du 75e anniversaire de la seconde ville japonaise atomisée, son maire Tomihisa Taue a lancé un appel au gouvernement japonais pour qu'il signe et ratifie le traite de l'ONU d'interdiction des armes nucléaires, ratifié par une quarantaine d’États. Ce que le Japon, premier pays atomisé au monde, a toujours refusé de faire jusqu'à ce jour.

Publicité

avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

Parce que victime d'un second massacre atomique inutile d'un point de vue militaire - le Japon était déjà vaincu -, la ville de Nagasaki s'estime encore plus en droit de dénoncer le refus de Tokyo de signer le traité de l'ONU sur l'interdiction des armes nucléaires.

Présent à Nagasaki ce dimanche, le Premier ministre japonais Shinzo Abe n'a pas répondu à son maire Tomihisa Taue. Le Japon dépend du parapluie nucléaire américain pour sa sécurité. Shinzo Abe cherche à réviser la Constitution pacifiste pour doter, si nécessaire, de l'arme atomique le pays d'Hiroshima et de Nagasaki.

La Corée du Nord menace le Japon de ses missiles. Selon un rapport de l'ONU, elle serait parvenue à miniaturiser ses ogives nucléaires pour les placer sur ses armes balistiques. Face à cette menace, le Japon cherche à acquérir des capacités de frappe défensives contre Pyongyang.

La dissuasion nucléaire, une « fausse sécurité » selon le pape

En novembre dernier à Nagasaki, le pape Francois a dénoncé la logique de la dissuasion nucléaire garantissant la paix, une « fausse sécurité, selon lui, qui envenime les tensions dans le monde ».

La bombe au plutonium lâchée sur Nagasaki fut plus terrifiante encore que celle d'Hiroshima. Ses survivants présentèrent souvent des visages atrocement brûlés et des corps déformés.

À écouter : Le pape à Nagasaki et Hiroshima: une tribune pour la paix

Nagasaki, le 8 août 2020: prière silencieuse et dans le respect des distanciations physiques pour la commémoration du 75e anniversaire de l'explosion de la 2e bombe sur le Japon en 1945.
Nagasaki, le 8 août 2020: prière silencieuse et dans le respect des distanciations physiques pour la commémoration du 75e anniversaire de l'explosion de la 2e bombe sur le Japon en 1945. Reuters

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.