Accéder au contenu principal

Arrivée à Taïwan du secrétaire américain à la Santé, une visite condamnée par Pékin

Le cortège du secrétaire américain à la Santé Alex Azar quitte l'aéroport militaire de Taipei, le dimanche 9 août 2020.
Le cortège du secrétaire américain à la Santé Alex Azar quitte l'aéroport militaire de Taipei, le dimanche 9 août 2020. REUTERS/Ann Wang
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le secrétaire américain en charge de la Santé, Alex Azar, débute ce dimanche 9 août un séjour officiel de trois jours à Taïwan. C’est la première visite d’un responsable du gouvernement américain de si haut niveau depuis 1979. Elle a d’ailleurs été condamnée par Pékin.

Publicité

C’est une visite des plus symboliques. Un haut responsable du gouvernement américain est arrivé dimanche 9 août à Taïwan à la tête de la plus éminente délégation américaine sur l'île depuis que Washington a cessé de la reconnaître en 1979. Une visite condamnée par Pékin.

Ce déplacement historique intervient au moment où les tensions s'exacerbent entre Pékin et Washington sur de nombreux sujets, rapporte notre correspondant à Taipei, Adrien Simorre. 

Officiellement, Alex Azar, le secrétaire américain à la Santé, se rend à Taïwan, cet archipel démocratique de 24 millions d’habitants considéré comme une province par la Chine, pour comprendre le succès du territoire face au coronavirus. En effet, malgré sa proximité avec la Chine, Taïwan compte seulement sept morts dus au Covid-19 et aucun cas de transmission depuis trois mois.

Mais en parallèle, cette visite d’un haut responsable américain est avant tout un message fort envoyé à Pékin.

Rencontre avec la présidente, bête noire de la Chine

Le gouvernement chinois, lui, défend formellement à ses alliés diplomatiques toute rencontre officielle avec les membres du gouvernement taïwanais, gouvernement qu’il ne reconnaît pas et considère comme étant sécessionniste. Il y a quelques jours, les autorités chinoises ont présenté la visite d’Alex Azar comme une menace pour « la paix et la stabilité ».

Mais l’administration Trump a choisi de passer outre ces menaces. Alex Azar rencontrera ainsi plusieurs ministres et surtout la présidente taïwanaise, Tsai-Ing Wen, bête noire de la Chine qui l'accuse de rechercher l'indépendance formelle de l'île.

Depuis le début de l’épidémie, le soutien de l’administration Trump à Taïwan s’est nettement renforcé. Si certains voient donc dans cette visite un nouveau pied de nez à la Chine, pour Taïwan, elle reste une étape décisive dans son objectif de normaliser ses relations avec la communauté internationale.

 ► À lire aussi : Les « petits » voisins de la « grande » Chine maritime

(Avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.