Hong Kong: 12 personnes arrêtées en train de fuir vers Taïwan en bateau

Des Taïwanais manifestent leur soutien au mouvement pro-démocratie kongkongais, à Taipei le 13 juin 2020.
Des Taïwanais manifestent leur soutien au mouvement pro-démocratie kongkongais, à Taipei le 13 juin 2020. Sam Yeh / AFP

Les autorités chinoises ont révélé ce jeudi 27 août qu'elles avaient arrêté dimanche une douzaine de personnes sur un bateau à moteur parmi lesquels se trouvaient un ou plusieurs manifestants, en liberté conditionnelle, et qui tentaient de fuir vers Taïwan.

Publicité

Les informations sur cette opération insolite n’ont émergé que plusieurs jours après les faits, par le biais d’un message posté sur le compte de la plateforme de microblogs Weibo des garde-côtes chinois. Le bateau à moteur, à bord duquel se trouvait 12 personnes était au large des côtes de la province du Guandong et semblait se diriger vers Taïwan quand il a été intercepté, rapporte notre correspondante à Hong Kong, Florence de Changy.

Les garde-côtes n’ont donné que le nom de famille de deux des personnes arrêtés. Il s'agit notamment d’un manifestant, Andy Li, qui était en liberté conditionnelle après une mise en examen à Hong Kong pour violation de la nouvelle loi de sécurité nationale, lors de la vague d’arrestations du 10 août. Privé de son passeport, il est possible qu’il ait tenté de trouver refuge à Taïwan en fuyant par la mer, comme le rapportent également Radio Free Asia et le site HK01.

Traversée à haut risque

L’île de Taïwan se trouve à 750 kilomètres au nord-est de Hong Kong, et si le vol en avion dure environ une heure, la traversée en bateau à moteur peut prendre jusqu'à deux jours. La présidente taïwanaise Tsai Ing-wen a indiqué son intention d’accueillir et d’aider les jeunes Hongkongais qui étaient menacés par la nouvelle loi.

Les douze personnes se trouvent, selon les autorités chinoises, en garde à vue, rapporte le Guardian. Selon le South China Morning Post, la police de Hong Kong cherche maintenant l'aide des responsables de Pékin dans l'ex-colonie britannique au sein du bureau de sécurité national de la ville pour organiser le retour des 12 personnes arrêtées. Si elles étaient jugées en Chine continentale, elles risqueraient un an de prison pour passage illégal à la frontière.

À lire aussi :Manifestations de 2019 à Hong Kong: deux élus de l'opposition arrêtés

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail