Accéder au contenu principal

Hong Kong: accusé d'intimidation, le patron de presse Jimmy Lai acquitté par la justice

Le magnat de la presse pro-démocratie hongkongais Jimmy Lai a été acquitté concernant une altercation de 2017, ce 3 septembre 2020.
Le magnat de la presse pro-démocratie hongkongais Jimmy Lai a été acquitté concernant une altercation de 2017, ce 3 septembre 2020. AFP Photo/Isaac Lawrence
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le magnat de la presse Jimmy Lai, ennemi public numéro 1 de Pékin à Hong Kong, a été déclaré « non coupable » par un tribunal de première instance dans une affaire où il était accusé d’intimidation lors d'une altercation avec un journaliste en 2017. Un jugement qui va certainement déplaire au pouvoir chinois qui redoute l’indépendance des juges de Hong Kong.

Publicité

Avec notre correspondante à Hong Kong, Florence de Changy

« Oui j’ai été acquitté, c’est un bon signe. Cela prouve que, en dépit du fait que ce cas était politisé, il reste des juges qui ne sont pas politisés et qui font bien leur travail », se félicite Jimmy Lai interrogé par RFI.

Jimmy Lai avait été accusé par un journaliste du quotidien Oriental Daily, un journal concurrent de son groupe de presse, de l’avoir menacé lors d’une altercation qui remonte à 2017. Jimmy Lai avait alors non seulement insulté le journaliste mais également promis de « lui en faire voir de toutes les couleurs ».

Simple moment de colère

Sur la base des vidéos de l’altercation et des témoignages recueillis pendant le procès, la juge a estimé que l’accusation n’avait pas apporté de preuves reelles aux accusations et qu’il s’agissait d’un simple moment de colère de la part de Jimmy Lai à l’égard du journaliste. Ce dernier a reconnu avoir eu pour mission de suivre le patron de presse constamment, depuis trois ans avant l’incident.

La juge a également mentionné que le plaignant avait été incapable de répondre à des questions simples pendant le procès mettant en cause sa crédibilité.

Quelques applaudissements ont accueilli le verdict dans la Cour alors qu’une poignée de militants pro-Pékin s’étaient rassemblés à l’extérieur du tribunal pour scander : « Jimmy Lai en prison maintenant ».

►À lire aussi : Entretien - Jimmy Lai : « La loi de sécurité nationale signe l’arrêt de mort de Hong Kong »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.