Accéder au contenu principal

Thaïlande: des milliers de jeunes manifestent contre le gouvernement

Démonstration de force contre le gouvernement thailandais, à Bangkok, le 19 septembre. Ici, dans le parc Sanam Luang.
Démonstration de force contre le gouvernement thailandais, à Bangkok, le 19 septembre. Ici, dans le parc Sanam Luang. REUTERS/Jorge Silva
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En Thailande, des dizaines de millers de manifestants sont sortis dans les rues à l’appel des étudiants ce samedi, pour exiger le retrait du gouvernement et des changements majeurs de société. Mais alors que le mouvement grandit on craint désormais une flambée de violence.

Publicité

Avec notre correspondante à Bangkok Carol Isoux

Dans l’après-midi, les étudiants sont parvenus à s’introduire à l’intérieur du campus de l’université de Thammasat, pourtant fermé. Ils en ont désormais le contrôle et s’apprêtaient à y passer la nuit. Cet établissement a déjà une longue histoire en tant que centre névralgique des grands mouvements sociétaux en Thaïlande.

Sur la scène, chanteurs et orateurs se sont succédé. Les demandes n’ont pas changé: départ du gouvernement, nouvelles élections, nouvelle constitution, réforme de l’Education et de la monarchie.

Depuis des mois qu’il dure, le mouvement tourne au bras de fer entre les étudiants et le gouvernement, et certains redoutent une flambée de violences policières. C’est le cas d’Anghana Neelapaijit, célèbre avocate des droits de l’homme en Thaïlande: « La police, et surtout les officiers en civil, devraient faire attention à l’usage de la violence. On sait qu’il y a plus de 8000 policiers en uniforme mobilisés, mais on ne sait pas combien ont infiltré les manifestations en civil ».

Jusqu’ici, le gouvernement a tenu à limiter l’usage de la violence, même si plusieurs dirigeants ont été arrêtés puis relâchés. Mais les choses pourraient changer si les étudiants s’allient à d’autres forces dans la société thailandaise ou s’ils s’en prennent à des symboles de la monarchie.

Avec près de 50 000 participants selon les organisateurs, la manifestation de ce samedi confirme la solidité du mouvement anti-gouvernemental. La nouveauté de cette journée est d’une part la forte participation aux côtés des étudiants d’anciens Chemises Rouges, un mouvement de paysans du Nord-Est écrasé dans le sang il y a quelques années, et de l’autre la présence remarquée de personnalités politiques, notamment les anciens dirigeants du parti Nouvel Avenir, favori de la jeunesse aujourd’hui dissous, et d’autres partis politiques. La suite du programme sera annoncée dimanche matin, les dirigeants promettent « une surprise ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.