Accéder au contenu principal

Singapore Airlines renonce à ses «vols vers nulle part» après des protestations

Un avion de la Singapore Airlines sur le point d'atterrir à l'aéroport Changi de Singapour le 23 août 2020.
Un avion de la Singapore Airlines sur le point d'atterrir à l'aéroport Changi de Singapour le 23 août 2020. Roslan RAHMAN / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Certaines compagnies aériennes proposaient depuis quelques semaines des vols vers nulle part qui décollent et atterrissent au même endroit. Mais cette idée opportuniste en pleine pandémie de coronavirus a d’emblée choqué, et a amené la compagnie Singapore Airlines à abandonner ces offres.

Publicité

Avec notre correspondante en Asie du Sud-Est, Gabrielle Maréchaux

Ce n’est pas faute de potentiels intéressés mais plus pour ne pas nuire à sa réputation que la compagnie nationale singapourienne a annoncé lundi 28 septembre l’abandon des « vols vers nulle part ».

Cette idée au nom surréaliste était en effet fortement décriée par des internautes du monde entier, mais aussi par des associations de défense de l’environnement singapourienne comme SG Climate Rally qui condamnait ces trajets sans raison valable, mais avec des émissions de carbones, elles, bien réelles.

Mais après ce rétropédalage, il n’a pas fallu bien longtemps pour entendre cette compagnie aérienne annoncer de nouvelles offres commerciales visant à générer du profit malgré une flotte aérienne immobilisée depuis six mois. Des visites guidées de ses infrastructures et des dîners de haut standings à bord d’un A380 sont désormais prévus.

►À lire aussi : Singapour: des «vols vers nulle part» pour sauver le secteur aérien

Véritable plaque tournante du trafic aérien, Singapour voyait avant la crise du coronavirus un avion décoller ou atterrir de son aéroport toutes les 90 secondes. Si le pays a désormais renoncé à proposer des « vols vers nulle part » pour sauver son industrie aéronautique, les compagnies australiennes, japonaises et taïwanaises ne se sont elles pas encore prononcées sur un possible arrêt de cette pratique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.