Accéder au contenu principal

Indonésie: violents affrontements dans des manifestations contre une loi sur le travail

Le 8 octobre, troisième jour de manifestations à Jakarta rassemblant des dizaines de milliers personnes contre une nouvelle loi qui réduit les droits des salariés.
Le 8 octobre, troisième jour de manifestations à Jakarta rassemblant des dizaines de milliers personnes contre une nouvelle loi qui réduit les droits des salariés. REUTERS/Ajeng Dinar Ulfiana
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Indonésie, une loi censée stimuler l'économie en récession à cause du Covid-19 passe mal. Lundi, sept des neufs partis présents au Parlement ont voté 79 amendements à une loi déjà existante, dans le but de créer de nouveaux emplois et de stimuler des investissements étrangers. Mais des milliers de manifestants à Jakarta et dans plusieurs autres villes craignent de perdre d'importants acquis sociaux.

Publicité

Les ouvriers en colère font fi des gestes barrières et continuent à manifester, souvent sans porter de masque – à l’appel des syndicats, déterminés à ne pas céder, jusqu’à ce que la loi dite « Omnibus » soit enterrée. 

Les amendements, détaillés sur plus de 1000 pages ont été votés lundi au Parlement. Dos au mur face à une économie qui s’effondre à cause de la pandémie, le gouvernement compte attirer plus d’investisseurs étrangers. 

Problème: les ouvriers perdront certains de leurs acquis sociaux, les indemnités de licenciements seront réduites,  les licenciements facilités et tous les salariés doivent s’attendre à faire plus d'heures supplémentaires.

Du coup, les syndicats forment une alliance inédite avec les organisations pour la protection de l’environnement parce que cette même loi risque, aussi, d’aboutir à une « déforestation sauvage » selon ces dernières. 

Au moins 400 manifestants ont déjà été arrêtés, certains seraient dans un état critique après des heurts avec la police qui répond aux jets de pierre avec des gaz lacrymogène et des canons à eau. Des syndicats appellent à une grève générale. Des organisations étudiantes veulent rejoindre le mouvement dès ce jeudi. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.