Accéder au contenu principal

Inde: dans le Bihar, la crise sanitaire n'entame pas la cote des nationalistes hindous

Les supporters du BJP de Narendra Modi célèbrent leur victoire le 10 novembre 2020 dans le Bihar.
Les supporters du BJP de Narendra Modi célèbrent leur victoire le 10 novembre 2020 dans le Bihar. REUTERS/Amit Dave
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le parti nationaliste hindou de Narendra Modi remporte les élections régionales dans le grand État pauvre du Bihar, à l’est de l’Inde. Il se maintient ainsi en coalition avec son allié régional dans un scrutin serré et difficile face aux ravages économiques et sanitaires causés par la crise du coronavirus.

Publicité

Avec notre correspondant New Delhi, Sébastien Farcis

Les électeurs du Bihar avaient beaucoup de raisons d’être en colère contre le gouvernement sortant : à cause de la crise sanitaire et le confinement, le chômage y est très élevé, des millions de migrants qui travaillaient dans les villes ont dû revenir et les infrastructures de santé sont déplorables.

Au sein de la coalition au pouvoir, le parti régional du JDU a été sanctionné, mais les nationalistes hindous du BJP, menés par le Premier ministre Narendra Modi, sortent eux renforcés de cette crise.

Un paradoxe qu’explique Gilles Verniers, chercheur en sciences politique à l’université Ashoka de New Delhi. « C’est un thème qui devient de plus en plus récurrent en Inde que le BJP et Narendra Modi ne sont pas jugés par les électeurs en fonction des conséquences de leurs actions, mais sur base de leur personnalité, des valeurs ou des idées qu’ils incarnent, commente-t-il. Mais la force du BJP et la force de Narendra Modi, c’est qu’ils n’incarnent pas une seule idée. Pour les hindous militants, c’est le prince des cœurs hindous ; pour la classe moyenne, c’est celui qui peut sauver ce qu’il reste de l’économie. Cela relève aussi des phénomènes populistes où c’est vraiment l’image et la personnalité, et les qualités individuelles attribuées au leader qui prennent le pas sur un examen rationnel des conséquences de leurs actions. »

Cette victoire est aussi possible car le seul autre grand parti national, le Congrès, est en déliquescence et a réalisé une contre-performance lors de ce scrutin.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.