Accéder au contenu principal

Inde: premières élections-test au Cachemire depuis la révocation de son autonomie

Prise de température à Shamsabad, dans le Cachemire indien, le 28 novembre 2020.
Prise de température à Shamsabad, dans le Cachemire indien, le 28 novembre 2020. AFP - TAUSEEF MUSTAFA
4 mn

Ce samedi 28 novembre ont débuté des élections locales dans le Cachemire Indien, premier exercice démocratique de cet État depuis la révocation brutale de son autonomie en 2019 par le gouvernement de Narendra Modi.

Publicité

De notre correspondant à Bangalore,

Ces élections, qui vont s'étendre jusqu’à fin décembre, visent à élire 280 conseillers de développement dans les 14 districts de l'État du Jammu-et-Cachemire. L’enjeu peut paraître très local mais il est significatif à plusieurs titres. Ces élections ont en effet lieu pour la première fois depuis la séparation des États du Jammu-et-Cachemire et du Ladakh, selon un nouveau système de gouvernance de proximité qui va être mis en place dans ce nouvel État, désormais considéré comme un territoire de l’Union indienne. Ce terme signifie que le gouvernement central de l’Inde, en l'occurrence le Parti nationaliste hindou BJP (Bharatiya Janata Party), a un pouvoir renforcé sur cet État.

Les habitants sont de plus appelés aux urnes pour la première fois depuis la révocation de l’autonomie du Cachemire. À cette époque, beaucoup des adversaires du parti BJP de Narendra Modi avaient été jetés en prison, y compris l’ancienne ministre en chef de l’État, Mehbooba Mufti, libérée seulement le mois dernier. 

Ce scrutin représente un test pour le BJP. Les habitants du Cachemire vont-ils valider sa gestion très autoritaire de la région ? Les résultats ne seront connus que fin décembre. Pour l’instant, plus de 50 % des électeurs se sont rendus aux urnes malgré le froid glacial. Il s'agit aussi d'un test pour l’opposition. Mehbooba Mufti a réussi à fédérer sept grands partis locaux au sein d’une alliance. Son objectif affiché est de restaurer le statut autonome du Cachemire. Cette « alliance du peuple » est notamment vent debout contre de nouvelles lois qui permettent aux Indiens d’acheter des terrains dans le Cachemire. Elle craint que cela ne conduise à encore moins de souveraineté pour les Cachemiris. 

► À lire aussi : «La fin du statut spécial du Cachemire est le dernier acte d’un long processus»

Enfin, le parti du Congrès a du mal à choisir sa ligne. Le BJP lui reproche de soutenir l’alliance du peuple qu’il accuse d’être antinationale. Le Congrès a signé l’acte fondateur de l’alliance, mais affirme aujourd’hui ne pas en être membre. Dans le même temps, il passe des accords au niveau local avec la coalition d’opposition.  

Chape de plomb

Ces élections s'annoncent donc tendues et complexes, d’autant que le Cachemire revient de très loin. Cet État à majorité musulmane a toujours été à part. Il n’a rejoint l’Inde en 1947 qu’avec l’assurance de disposer de sa propre Constitution et de son propre drapeau, un statut que Narendra Modi a fait voler en éclats du jour au lendemain, même s’il s’agissait d’une promesse de sa campagne.

Lors de la révocation de l’autonomie du Cachemire, une chape de plomb s’est abattue sur la région. Des militaires ont été déployés en masse pendant que les communications ont été coupées et les activistes réduits au silence. Plusieurs journalistes ont été accusés de terrorisme pour avoir couvert les événements.  

Encore aujourd’hui, les habitants n’ont accès qu’à l’Internet 2G. Le tout sur fond d'affrontements récents avec le Pakistan qui donnent un prétexte idéal au BJP pour maintenir sa mainmise sur le Cachemire. Difficile donc de parler d’élections démocratiques pour certains. Mehbooba Mufti a d’ailleurs hésité à participer à ces élections, qui actent en quelque sorte le nouveau statut du Cachemire contre lequel elle s’insurge. Mais elle a choisi la voie des urnes, même si elle accuse le pouvoir en place de faire obstacle à sa campagne.

À lire aussi : Le Cachemire, tiraillé entre l'Inde et le Pakistan

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.