Accéder au contenu principal

Australie: le Premier ministre s'insurge après le tweet d'un diplomate chinois

Le Premier ministre australien Scott Morrison.
Le Premier ministre australien Scott Morrison. DAVID GRAY AFP
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Le Premier ministre australien Scott Morrison a dénoncé le 30 novembre avec colère un tweet « scandaleux » émanant d'un porte-parole du gouvernement chinois et a demandé à Pékin de présenter formellement ses excuses. 

Publicité

Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a suscité l'indignation en postant une mise en scène dans laquelle un homme, habillé en soldat australien, tient un couteau plein de sang contre la gorge d'un enfant afghan.

L'illustration est le travail d'un artiste chinois du nom de Wuheqilin, qui s'était fait connaître par ses créations pro-Pékin lors des manifestations à Hong Kong l'an dernier. L'affaire intervient quelques jours après la publication d'un rapport sur des crimes de guerre qui auraient été commis par des soldats australiens en Afghanistan entre 2005 et 2016.

Le Premier ministre australien, Scott Morrison, a qualifié ce tweet, qui provient d'un compte officiel du gouvernement chinois, « d'insulte scandaleuse et dégoûtante » à l'encontre des forces armées australiennes, et a appelé Twitter à le supprimer. 

« Afghan lives matters »

Invitée à réagir à cette polémique, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a estimé devant la presse que « le gouvernement australien devrait avoir honte » des actes de ses soldats en Afghanistan et présenter ses excuses au peuple afghan. Un message aussitôt repris en boucle par la propagande dans sa version anglophone sous le slogan « afghan lives matters », relate notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

Ce n’est pas la première fois que les « loups combattants » de la diplomatie chinoise vont ainsi jusqu’à la confrontation via les réseaux sociaux. Évidemment, ceci n’a rien à voir avec la dégradation des relations sino-australiennes, a jugé bon de préciser Hua Chunyin, alors que pour de nombreux experts, les échanges entre les deux pays n’ont jamais été aussi tendus.

Nouvelle communication agressive

Cette affaire est le dernier exemple d'un nouveau type de communication agressive de Pékin envers les pays étrangers. Depuis l'an dernier, de nombreux diplomates ont investi Twitter, pourtant bloqué en Chine, où ils défendent parfois avec véhémence et controverse la position de leur gouvernement. En mars déjà, Zhao Lijian avait provoqué une vive polémique en suggérant que des militaires américains avaient pu apporter le nouveau coronavirus en Chine, où il est apparu à la fin de l'an dernier.

Les relations entre Canberra et Pékin n'ont cessé de se détériorer au cours des derniers mois après que le gouvernement australien a réclamé une enquête sur l'origine du Covid-19. La Chine, premier partenaire commercial de l'Australie, a annoncé l'imposition de lourdes surtaxes compensatoires sur le vin australien en raison d'un dumping supposé, dernière en date d'une série de sanctions économiques contre les intérêts de Canberra.

► À écouter aussi : L'influence chinoise en Australie

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.