Inde: saccage dans une usine d'Iphones

Un garde de sécurité à l'entrée de l'usine du fabricant taïwanais Wistron à Narsapura, près de Bangalore.
Un garde de sécurité à l'entrée de l'usine du fabricant taïwanais Wistron à Narsapura, près de Bangalore. Manjunath Kiran AFP

Une révolte violente d’ouvriers d’une usine d’Iphones a éclaté samedi matin dans le sud de l’Inde. Ils étaient employés par le fabricant taïwanais Wistron et ils étaient en colère, car ils affirment qu’ils étaient sous-payés et que leurs heures supplémentaires n’étaient pas rétribuées. Plus de 120 d’entre eux ont été arrêtés après avoir sacagé une partie des bureaux.

Publicité

Avec notre correspondant à New DelhiSébastien Farcis

Il est 6 h du matin, samedi, et c’est l’heure du changement d’équipe dans cette usine de la banlieue de Bangalore, au sud du pays. Les salariés viennent de recevoir leur paie, et c’est alors que la révolte éclate.

Beaucoup estiment qu’ils sont exploités par la compagnie taiwainaise Wistron, car ils sont payés environ deux fois moins que ce qui leur était promis. 130 euros pour un ingénieur, 60 euros pour un ouvrier qualifié, qui fabriquent entre autres le modèle iPhone SE. Les heures supplémentaires, elles, ne seraient pas rétribuées.

Cette fronde dure depuis des mois, elle éclate finalement de manière anarchique. Certains prennent des batons, et détruisent tout ce qu’ils trouvent : les vitres de l’entrée de l’usine, les bureaux à l’intérieur. Ils retournent aussi six voitures et incendient deux véhicules utilitaires.

Un délégué syndical dénonce une « exploitation brutale des ouvriers », mais la société taiwanaise soutient que ce sont des personnes extérieures qui sont responsables du sacage, sans raison apparente, dit elle. Le producteur d’Iphone restera dans tous les cas fermé pendant une semaine afin de tout remettre en ordre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail