Reportage

Chine: la vaccination s’accélère dans les mégapoles avant le Nouvel An lunaire

La campagne de vaccination bat son plein à Pékin dans un centre vaccinal temporaire le 3 janvier 2021, alors que la Chine s'est fixé pour objectif des millions d'injections avant les vacances du Nouvel An lunaire.
La campagne de vaccination bat son plein à Pékin dans un centre vaccinal temporaire le 3 janvier 2021, alors que la Chine s'est fixé pour objectif des millions d'injections avant les vacances du Nouvel An lunaire. AFP - STR
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Quelque 50 millions de Chinois doivent être vaccinés d’ici aux vacances du Nouvel An lunaire, le 12 février prochain. Reportage, mardi 5 janvier au matin, dans un parc de la capitale chinoise où des centaines de Pékinois sont venus recevoir une injection contre le Covid-19.

Publicité

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

Le mégaphone de la police invite les futurs vaccinés à s’avancer vers les bus. Pour la plupart, ce sont des employés des mêmes unités de travail qui montent dans les cars garés à la porte est du parc de Chaoyang. Le musée de l’urbanisme à l’intérieur du parc fait partie des 216 points de vaccination mis en place depuis le vendredi 1er janvier dans la capitale.

Ce plongeur est employé de la chaîne de restaurants Wumingju, dans le district. Il est arrivé à l’ouverture : « Nous, nous sommes venus en groupe, confie-t-il. Cent personnes travaillent dans mon restaurant. Aujourd’hui, nous étions 50 à nous faire vacciner. Les autres viendront plus tard. Rien de compliqué, on montre ses papiers et ils nous font la piqûre sur l’épaule gauche. En trente minutes, c’était terminé. On doit revenir dans deux semaines pour la deuxième dose. »

« J’ai confiance dans mon pays » 

Une vaccination réglée comme du papier à musique. Les bus se remplissent, entrent dans le parc, puis ressortent par là où ils sont arrivés une fois la première injection terminée. À la sortie sur le parking, des œufs durs, des gâteaux émergent des sacs en plastique pour disparaître aussitôt derrière les masques, avalés en deux bouchées avant de rentrer sous le ciel bleu et froid des hivers pékinois.

Une femme, la cinquantaine, nous confie n’avoir pas reçu sa dose, car sa tension était trop haute. Elle reviendra. Pour cette caissière d’un supermarché, en revanche, tout s’est bien passé : « Je ne suis pas du tout inquiète. La Chine a des technologies et un système de santé avancés. J’ai confiance dans mon pays. » 

Neuf groupes à risques

Après les employés des compagnies d’État, les diplomates, les soldats, les hommes d’affaires amenés à se rendre à l’étranger, les soignants et les vaccinés depuis l’été dernier en Chine, au total, neuf groupes « à risques d’infection plus élevés » ont été retenus pour cette campagne flash d’avant « Chunjie », la fête du printemps.

Un véritable inventaire à la Prévert à vacciner avant le Nouvel An lunaire : chauffeurs de bus, agents municipaux, policiers, pompiers, membres des comités de quartiers, employés du chauffage urbain (eau, gaz, électricité), travailleurs médicaux et notamment auprès des personnes âgées, et ce mardi, de nombreux employés du secteur de la restauration. 

► À lire aussi : Covid-19: la Chine rapporte 20 nouveaux cas et s’inquiète avant les vacances prochaines

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail