Covid-19: l'Indonésie lance sa campagne de vaccination «halal» et pour les jeunes d'abord

Le président indonésien Joko Widodo reçoit le premier vaccin dispensé dans l'archipel contre le Covid-19, le 13 janvier 2021, à Jakarta.
Le président indonésien Joko Widodo reçoit le premier vaccin dispensé dans l'archipel contre le Covid-19, le 13 janvier 2021, à Jakarta. HANDOUT Indonesia's Presidential Palace/AFP

Le coup d’envoi du plan de vaccination a été donné cette semaine en Indonésie. Le géant du Sud-Est asiatique n’est clairement pas le premier à proposer à ses citoyens un vaccin contre le Covid-19, mais à bien des égards, le pays a une politique unique. Il a parié sur le vaccin chinois, a décidé de donner la priorité aux jeunes, et enfin, ce vaccin a été certifié halal quelque jours seulement avant les premières piqûres. Un lancement spectaculaire.

Publicité

De notre correspondante régionale en Asie du Sud-Est,

C’est en direct sur Youtube que le président Joko Widodo a été le premier Indonésien à recevoir la précieuse piqûre. Il a ensuite donné plus de détails sur Instagram, où il est suivi par 37 millions de personnes : sa tension artérielle précise, par exemple, et de montrer sa carte de vacciné. 

Mais si Joko Widodo a pu recevoir cette fameuse piqûre, c’est de justesse. Âgé de 59 ans, il est à la limite des critères d’âge fixés par le gouvernement qui souhaite donner la priorité à une jeunesse plus mobile et plus active sur le plan économique. Le vice-président Ma'ruf Amin, du haut de ses 77 ans, attendra donc. 

Joko Widodo n’a pas non plus manqué de rappeler que le vaccin proposé était certifié halal. Après examen du conseil des oulémas, le vaccin chinois est garanti sans gélatine de porc. Un détail qui a son importance en Indonésie : en 2018, le vaccin contre la rougeole n’avait pas atteint les objectifs officiels car il avait été considéré comme impur.

Dernière chance ?

Ce vaccin est donc réservé aux jeunes et halal, mais est-il seulement efficace ? Difficile à dire... Les tests cliniques réalisés en Indonésie estiment son taux d’efficacité à 65,3 % exactement. C’est bien moins que ce que promettent Pfizer et AstraZeneca. Mais cela n’empêche pas l’archipel d’avoir misé gros sur le vaccin chinois avec 125 millions de doses commandées.

C’est une politique qui a des airs de dernière chance. Avec seulement trois lits de soins intensifs pour 100 000 habitants et un nombre de tests pratiqués longtemps restés parmi les plus bas, l’Indonésie estime que le vaccin pourrait faire la différence. 

Il est en théorie gratuit, mais le chef de la Chambre de commerce indonésienne a demandé aux autorités qu’il puisse également être commercialisé en utilisant une image pour le moins déconcertante : « C'est comme aller à Disneyland : si vous voulez aller plus vite, il y a un accès prioritaire, mais vous devez payer plus cher. » 

► À lire aussi : Covid-19 en Indonésie: des scientifiques inquiets de l'utilisation prématurée du vaccin chinois

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail