REPORTAGE

Coronavirus: l’Inde lance sa gigantesque campagne de vaccination

La vaccination a débuté ce samedi 16 janvier en Inde, comme ici à Bombay.
La vaccination a débuté ce samedi 16 janvier en Inde, comme ici à Bombay. REUTERS - FRANCIS MASCARENHAS
Texte par : RFI Suivre
4 mn

L’inde a lancé ce samedi 16 janvier sa gigantesque campagne de vaccination, l’une des plus grandes du monde, pour toute sa population de 1,3 milliards de personnes. L’objectif du gouvernement est déjà d’inoculer le vaccin aux  habitants les plus vulnérables, soit 300 millions de personnes, dans les six premiers mois. Les premières semaines sont réservées aux 30 millions de médecins et infirmières exposés au Covid-19.

Publicité

De notre correspondant à New DelhiSébastien Farcis

Deux vaccins sont utilisés, dont un indien, qui a été autorisé en urgence avant même la fin des essais cliniques. Dhavan Dwivedi a l’air ravi. Cet infirmier de 35 ans de l’hôpital public AIIMS de New Delhi, a été l’un des premiers à recevoir une dose du vaccin anti-Covid-19 du laboratoire indien Bharat Biotech.

►À lire aussi : Inde: répétition générale avant le lancement d'une campagne de vaccination monstre  

« Je suis fier de mes docteurs et chercheurs, et des scientifiques qui ont travaillé sans relâche pour développer ce vaccin. Ceci afin que je puisse recevoir un vaccin fait en Inde. Je me suis donc fait vacciner en toute confiance et j’inciterai les autres à faire comme moi, pour éradiquer ce virus », dit-il.

Vaccin totalement sûr

Le ministre de la Santé assure que ce vaccin indien est totalement sûr mais il est difficile de prouver son efficacité, car il a été approuvé avant la fin des essais cliniques. Les autres employés de l’hôpital AIIMS demeurent prudents.

« Comme nous travaillons dans la santé, L’administration s’attend à ce que nous nous fassions vacciner rapidement, mais ce n’est pas obligatoire, donc j’attendrai qu’on ait plus de chiffres sur l’efficacité des vaccins sur la population indienne », dit l’un deux.

Le laboratoire indien Bharat Biotech assure qu’il paiera des indemnités aux patients qui souffriraient d’effets secondaires graves. Une association de docteurs du secteur public a elle exigé de recevoir le vaccin d’Oxford, Astra Zeneca, également utilisé par l’Inde dès aujourd’hui, mais surtout distribué dans le privé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail