Aborigènes: l'Australie tancée par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU

Aborigène d'Australie (image d'illustration).
Aborigène d'Australie (image d'illustration). AFP PHOTO/Anoek DE GROOT
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les relations compliquées entre l’Australie et la communauté aborigène sont au menu du Conseil des droits de l’homme de l’ONU ce mercredi 20 janvier. Comme tous les cinq ans, le Conseil va réaliser dans la matinée ce qu’elle appelle un « examen périodique universel » de la situation des droits de l’homme en Australie. Un moment qui promet d’être assez désagréable pour les représentants du gouvernement à Canberra, critiqué notamment pour les discriminations dont sont victimes les Aborigènes, qui sont très largement surreprésentés au sein de la population carcérale australienne.

Publicité

Avec notre correspondant à Sydney, Grégory Plesse

Comment se fait-il qu’un détenu sur trois soit aborigène, alors que les Aborigènes ne représentent qu’un habitant sur trente en Australie ? C’est le genre de questions que le Conseil des droits de l’homme de l'ONU va poser aujourd’hui au gouvernement australien, dont le bilan, en la matière, n’a guère évolué depuis le dernier examen, en 2015.

L’âge de la responsabilité pénale

L’autre sujet qui fâche, c’est celui de l’âge de la responsabilité pénale. Actuellement, en Australie, il est fixé à dix ans, et non quatorze, comme l’avaient précédemment recommandé les Nations unies. Là encore, ce sont les Aborigènes qui paient le prix de cette politique. Ils représentent entre 50% et 60% des mineurs en détention. Le risque pour les mineurs aborigènes de finir en prison est aussi vingt fois plus élevé que pour le reste de la population.

« Closing the Gap »

Pour sa défense, l’Australie fait valoir qu’elle a avancé sur d’autres dossiers, comme celui des violences conjugales, ou la légalisation du mariage homosexuel en 2017. Sur la question aborigène en revanche, les inégalités restent criantes. Depuis 2008, le gouvernement s’est fixé une série d’objectifs dans le cadre d’un programme appelé « Closing the Gap ». En 2020, seulement deux objectifs sur seize avaient été atteints.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail