Inde: les agriculteurs investissent New Delhi et crient leur désespoir

Protestation d'agriculteurs, le 26 janvier, à New Delhi.
Protestation d'agriculteurs, le 26 janvier, à New Delhi. REUTERS - ADNAN ABIDI
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Des affrontements ont eu lieu aujourd’hui, mardi 26 janvier, dans le centre de New Delhi, et au moins une personne est morte lors des manifestations d’agriculteurs, montés sur leurs tracteurs. Des dizaines de milliers de cultivateurs campent aux alentours de la capitale pour réclamer le retrait de la réforme agraire adoptée par le Parlement indien il y a six mois. Trois lois qui imposent une plus grande libéralisation du secteur agricole, à la grande crainte des paysans de tout le pays.

Publicité

Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

C’est une marée humaine qui entre dans New Delhi, depuis l’est de la ville. Des dizaines de milliers d’agriculteurs, montés sur des tracteurs multicolores. Ils viennent de tout le nord de l’Inde pour forcer le gouvernement à retirer sa réforme agraire.

Arjun Tomar est un planteur de canne à sucre, arrivé d’Uttar Pradesh : « Ces lois permettent aux entreprises privées de passer des contrats avec les fermiers. Pendant sept ans, c’est l’entreprise qui va donc décider ce qu’on doit planter. On ne veut pas de cela ! »

Stockage des céréales sans limites

Cette réforme autorise aussi les compagnies à stocker les céréales sans limites, ce que dénonce Tirpal Singh, monté dans une remorque : « Ils nous achèterons le blé quand les prix seront bas et les revendrons au plus haut. Eux, ils feront des profits et nous, nous resterons pauvres. En six ans, mes revenus ont déjà été divisés par deux. »

Au bout de deux mois à camper autour de New Delhi, la détermination de ces fermiers n’a pas baissé. Elle s’est transformée en une énergie du désespoir. D’ailleurs, des violences ont éclaté quand des milliers d’entre eux ont brisé les barrages de police pour pénétrer jusqu’au cœur de la capitale.

À lire aussi : Inde: les agriculteurs comptent manifester en tracteur pour la fête nationale

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail