Inde: le mouvement de contestation contre la réforme agricole ne s'essouffle pas

Les paysans indiens ont manifesté en nombre dans la banlieue de New Delhi le 30 janvier 2021.
Les paysans indiens ont manifesté en nombre dans la banlieue de New Delhi le 30 janvier 2021. AP - Manish Swarup

Quelques jours après de graves violences survenues lors de leur manifestation à New Delhi, des milliers d’agriculteurs se sont à nouveau rassemblés dans la banlieue de la capitale ce samedi, montrant que le mouvement de contestation contre la réforme agricole du gouvernement qui dure depuis plus de deux mois, est loin d’être terminé.

Publicité

Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

Mardi, ce sont les images de tracteurs fonçant sur la foule lors des manifestations qui ont écorné la popularité des paysans. De nouvelles images, diffusées sur toutes les chaînes d’information en continu, offrent maintenant un nouvel élan à ce mouvement : les pleurs de l’un des dirigeants syndicaux accusés par la police, prêt à mourir pour ce combat.

Cet homme, Rakesh Tikait, est devenu le nouveau héraut du mouvement, et des milliers de paysans arrivent de tout l’est du pays pour l’appuyer. Le gouvernement pensait pouvoir achever cette protestation après les violences de mardi, la police et des vandales proches du parti au pouvoir ont même essayé de les évacuer par la force, mais rien n’y fait, cette contestation est solide.

Les ministres appellent donc de nouveau les agriculteurs à la table des négociations. Ces derniers sont prêts à s’y rendre, mais leur revendication n’a pas changé. Ils exigent un retrait définitif de cette réforme de libéralisation de l’agriculture.

► À lire aussi : Inde: jusqu’où ira la colère des agriculteurs?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail