Covid-19: le Pakistan démarre la vaccination avec 500 000 doses offertes par la Chine

Des soignants pakistanais reçoivent une injection du vaccin Sinopharm le 3 février 2021.
Des soignants pakistanais reçoivent une injection du vaccin Sinopharm le 3 février 2021. AP - Saleem Raza

Au Pakistan, la campagne de vaccination des personnels de santé avec le vaccin chinois Sinopharm a été officiellement lancée ce mercredi. Un premier lot de 500 000 doses offertes par la Chine est arrivé en début de semaine via un avion de l’armée de l’air pakistanaise. 

Publicité

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

C’est désormais un classique des débuts de campagne de vaccination : la première injection a lieu devant les caméras. Au Pakistan, elle a été administrée mardi soir à un médecin d'Islamabad lors d'une cérémonie en présence du Premier ministre.

Les images diffusée par les médias d’état chinois ont ainsi montré Imran Khan remercier la Chine et préciser qu’après les soignants, les personnes âgées et les groupes à hauts risques seraient à leur tour vaccinés.

Cette première livraison de 500 000 de doses du vaccin Sinopharm est gratuite. Les amis de la Chine comme le Pakistan sont les premiers servis, mais pas seulement. Les Philippines, le Cambodge et la Birmanie ont fait part également de dons de vaccins « made in China ».

► À lire aussi : Covid-19: la diplomatie du vaccin de Pékin en Asie du Sud-Est 

Près de 25 pays en développement auraient ainsi passé des accords avec les laboratoires chinois, alors que les pays riches ont préempté les vaccins occidentaux. Une diplomatie de l’injection censée démontrer la générosité de la Chine et ses capacités scientifiques face aux États-Unis, mais aussi à l’Inde qui distribue également ses vaccins au pays intermédiaires ou à faibles revenus, avec parfois des critiques concernant les délais de livraisons, un manque de données et une moindre efficacité supposée des vaccins chinois.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail