Bangladesh: manifestations après la mort en prison d'un écrivain critique du gouvernement

La police a chargé les manifestants à la matraque et fait usage de gaz lacrymogènes contre les étudiants qui réclamaient «justice», à Dacca, le vendredi 26 février 2021.
La police a chargé les manifestants à la matraque et fait usage de gaz lacrymogènes contre les étudiants qui réclamaient «justice», à Dacca, le vendredi 26 février 2021. AP - Mahmud Hossain Opu

Des heurts ont opposé vendredi à Dacca la police à des centaines d'étudiants rassemblés pour une manifestation de protestation après le décès la veille en prison d'un écrivain arrêté pour avoir critiqué le gouvernement sur les réseaux sociaux. Au moins dix personnes ont été légèrement blessées, selon un témoin. Mushtaq Ahmed, 53 ans a été incarcéré en mai dernier après avoir critiqué sur les réseaux sociaux la manière dont le gouvernement gérait la pandémie de coronavirus. 

Publicité

Cela faisait neuf mois que Mushtaq Ahmed était en prison avec quatre autres personnes dans l'attente de son procès. Neuf mois durant lesquels l'écrivain avait demandé à six reprises sa mise en liberté conditionnelle, sans succès.

Son crime ? Avoir osé critiquer sur Facebook la gestion de la pandémie par le gouvernement. Un acte mal vu par les autorités qui ont accusé l'écrivain de répandre des rumeurs et de mener des activités anti-étatiques. Une formule fréquemment utilisée pour museler toute voix dissidente.

Les arrestations de défenseur des droits humains, de journalistes et d'internautes se sont multipliées au Bangladesh depuis l'adoption en 2018 de la loi sur la sécurité numérique par le gouvernement de Sheikh Hasina. Environ 2 000 personnes ont été inculpées en vertu de cette loi.

La mort en prison de Mushtaq Ahmed a suscité beaucoup d'émotion et de colère. Plusieurs groupes de défense des droits de l'homme ont demandé une enquête indépendante et transparente pour comprendre les circonstances et les causes de son décès.

Le parti de l'opposition BNP a, quant à lui, émis l'hypothèse d'un décès sous la torture, précisant que de nombreuses personnes ont été par le passé victimes d'exécutions sommaires et de disparition forcées.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail