Birmanie: à Rangoun, malgré le danger, les manifestants ne baissent pas les bras

Des policiers placés en ligne, au milieu des grands axes pour en barrer l’accès, à Rangoun, le 26 février 2021.
Des policiers placés en ligne, au milieu des grands axes pour en barrer l’accès, à Rangoun, le 26 février 2021. AP

En Birmanie, les manifestants se sont rassemblés ce vendredi 26 février à Rangoun comme tous les jours depuis le coup d'État.

Publicité

Les rassemblements pacifiques ont repris à Rangoun. Près du carrefour Myaynigone, un quartier résidentiel, les manifestants ont érigé des barrières avec des tables et du barbelé pour empêcher les policiers de les arrêter. Casques de sécurité sur la tête, les manifestants scandaient : « L'échec de la dictature est notre cause, notre cause ! », un refrain chanté lors des rassemblements anti-junte, indique l'Agence France-Presse. Près d'un autre carrefour en centre-ville, Hledan, les manifestants s'éloignaient de l'artère principale en courant alors que la police se rapprochait.

Via des haut-parleurs, les forces anti-émeutes ont diffusé des messages demandant aux manifestants de ne pas se rassembler à plus de cinq personnes. Ceux qui restaient encore là surveillaient les faits et gestes de la police pour savoir s’ils pouvaient rester et filmer, ou s’ils devaient fuir. Une fois la circulation rétablie, certains automobilistes lançaient le salut à trois doigts, un symbole de résistance, écrit encore l'AFP.

Sur Facebook

Plusieurs manifestants se sont réfugiés dans des centres commerciaux qui fermaient tout juste leur grille, d’autres sont partis dans des petites rues adjacentes. En fuyant, certains jettent des bidons d’eau vides ou des morceaux de bois pour freiner l’avancée de la police. Internet n’est pas coupé. Ces événements sont retransmis en direct sur Facebook.

Aucun blessé n'a été rapporté, mais la tension à Rangoun est vive depuis jeudi, quand un rassemblement pro-militaire a été toléré dans une zone du centre-ville habituellement interdite aux manifestants. Des affrontements entre habitants pro-démocratie et militants pro-armée munis de bâtons, de lance-pierres et certains de couteaux, avaient alors éclaté, rapporte enfin l'AFP.

À lire aussi : Birmanie: affrontements entre militants pro-junte et habitants à Rangoun

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail