Nouvelle-Calédonie: accord politique sur la reprise de l'usine de nickel du géant brésilien Vale

Le site de Goro, en Nouvelle-Calédonie.
Le site de Goro, en Nouvelle-Calédonie. AFP/Marc Le Chelard

En Nouvelle-Calédonie, la reprise de l’usine de nickel du brésilien Vale, joyau industriel de l’île, vient de trouver un accord politique entre loyalistes, indépendantistes et chefs coutumiers kanaks, un accord qui devrait sauver 3 000 emplois. Ce dossier sensible et ultra politique agite depuis des mois cette collectivité française d'Océanie, les indépendantistes du FLNKS et des chefferies kanakes s’opposant à la reprise de Vale par un consortium calédonien et international, dont fait partie le géant du négoce Trafigura.

Publicité

L’accord qui a été trouvé va à l’encontre de ce que dénonçaient les indépendantistes qui craignent de perdre le contrôle des richesses du pays, puisque Trafigura, le négociant suisse, reste dans le montage financier à hauteur de 19%. Un fonds de pension aura 30%. Les 51% restants seront détenus par les salariés, les populations locales et trois provinces calédoniennes (sud, nord, îles Loyauté). Un milliard sera apporté par des actionnaires privés. Le brésilien Valé, lui, laisse 500 millions dans ses caisses pour financer une installation de stockage. 

Apport de l'État déterminant

Mais, c’est surtout l’apport de l’État, 400 millions d’euros en garanties et en prêts, qui a été déterminant dans ce projet de reprise. « Sans l’intervention financière de l’État, le deal ne pouvait pas se faire », reconnaît une responsable politique locale au cœur des négociations.

Partenariat avec Tesla

L'autre grande influence est le partenariat industriel conclu avec Tesla, le géant américain de construction de véhicules électriques, qui a besoin de nickel pour construire ses batteries au sein du nouveau consortium, baptisé dorénavant « Goro Ressources ». Avec cet accord, l'usine de nickel, classée Seveso, qui avait été prise d’assaut par des émeutiers et qui est à l'arrêt depuis le 10 décembre, devrait pouvoir redémarrer prochainement.

À lire aussi : Nouvelle-Calédonie: Sébastien Lecornu réfléchit à un «nouveau statut» en cas de non au référendum de 2022

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail