Tempête de sable et pollution dans le ciel de Pékin, les habitants plus que jamais masqués

Les tempêtes de sable, en provenance du proche désert de Gobi, sont fréquentes au printemps dans le nord de la Chine.
Les tempêtes de sable, en provenance du proche désert de Gobi, sont fréquentes au printemps dans le nord de la Chine. AP - Mark Schiefelbein

En Chine, les Pékinois ont ressorti les masques, mais pas contre le Covid-19. Depuis 6 heures du matin, ce lundi 15 mars, la capitale chinoise et une dizaine de provinces du nord du pays affrontent les vents de sable venus du désert de Gobi. C’est la plus violente tempête de sable de ces dix dernières années.

Publicité

De notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

Les purificateurs à pleine puissance et les masques à l’intérieur, les Pékinois n’ont pas eu besoin de consulter la météo ce matin. Juste un œil par la fenêtre suffit à constater que les vents de sables ont gommé une partie du paysage.

Les autorités ont publié un bulletin d’alerte jaune. L’horizon est bouché à 1 000 mètres, ce qui comme à chaque fois n’a pas manqué de déclenché l’humour des réseaux sociaux.

Sur son triporteur, ce livreur roule à deux à l’heure. Un gros lampion rouge tombé d’un réverbère roule à contre sens au milieu de la chaussée, il faut être prudent. « Ce genre de tempête arrive au printemps. C’est la première de l’année et les vents soufflent très forts. On ne voit pas loin, mais je dois livrer de la farine à la boulangerie. Alors, je roule doucement ». 

Deux rues plus loin, le visage d’une passante a disparu sous un voile en plus du masque. D’autres ont ressorti bonnets d’hiver et lunettes pour se protéger les yeux, comme cette infirmière qui fait de grandes enjambées, poste de radio allumé pour se tenir informée : « Il est rare de voir ce genre de ciel à Pékin, j’ai entendu que vers midi, ce sera le plus fort de la tempête, après ça devrait redescendre ».

L’alerte jaune est maintenue jusqu’à demain matin… « Nous avons beaucoup de commandes, confie ce représentant en filtres à air. À cause de la tempête de sable, le téléphone n’arrête pas de sonner. » Les vendeurs de purificateurs débordés. « Voilà à quoi ressemble une crise écologique, écrit Li Shuao sur son compte Twitter.

Après deux semaines de brouillard et de masses d’air statiques, un fort vent de sable affole les compteurs de micro particules. « Il est difficile de dire que nous avançons quand on ne voit pas devant nous, poursuit ce responsable de Greenpeace Pékin. L’index de qualité de l’air affichait 500 dans le centre de Pékin ce matin, certains sur Weibo affirme même que leur compteur de micro-particules est grimpé jusqu’à 999 en périphérie de la ville.

428 vols ont été annulés en début de journée dans les deux aéroports de la capitale chinoise.

Par ailleurs, les autorités mongoles rapportent 6 morts et plus de 80 personnes disparues dans cette tempête de sable qui affecte également le Sud de la Mongolie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail