Covid-19: le Cambodge s'inquiète face à une situation sanitaire qui se tend

Sur un marché local de Phnom Penh, des Cambodgiens achètent des masques pour contenir la propagation du Covid-19, le 10 avril 2021.
Sur un marché local de Phnom Penh, des Cambodgiens achètent des masques pour contenir la propagation du Covid-19, le 10 avril 2021. AP - Heng Sinith

Jusque-là relativement épargné par la pandémie de Covid-19, le Cambodge est confronté à sa pire vague de contagion. Alors que moins de 500 cas avaient été officiellement recensés en un an, ces derniers jours, on dénombre plus de 500 cas quotidiens. Le virus touche désormais des lieux emblématiques de la société et de l'économie. À l'ouverture des congés pour le Nouvel an bouddhiste, les autorités préviennent : la situation est critique et des mesures très dures pourraient s'appliquer.

Publicité

Avec notre correspondante à Phnom Penh, Juliette Buchez

Mi-février, quatre ressortissantes chinoises se sont soustraites à la quarantaine obligatoire imposée à l’arrivée sur le territoire du Cambodge. Elles ont fait le tour de nombreux établissements de Phnom Penh. Problème : plusieurs d’entre elles étaient porteuses du Covid-19.

Un temps limité à la communauté chinoise expatriée, le coronavirus touche aujourd’hui des lieux particulièrement problématiques du Cambodge. Parmi les cas positifs dans la capitale, cette semaine, on compte au moins 483 ouvriers d’une usine textile et des dizaines de vendeurs de plusieurs marchés. Ces populations sont souvent en contact rapproché avec leurs collègues ou leurs clients. En somme, le pire scénario pour les autorités, surtout à l'ouverture des congés pour le Nouvel an bouddhiste.

Les contrevenants aux mesures imposées risquent de lourdes peines de prison

Les mesures rares ou inédites au Cambodge se multiplient : couvre-feu à Phnom Penh et Siem Reap, interdiction de circuler entre les provinces... Et depuis samedi 10 avril, plusieurs quartiers de la capitale sont confinés, notamment ceux où sont établis de nombreuses usines de textiles.

Depuis la ratification d’une loi mi-mars, des peines de prison particulièrement dissuasives peuvent également s’appliquer. Ne pas respecter la quarantaine à l’arrivée est désormais passible de trois ans de prison ferme. La sentence peut aller jusqu’à 20 ans de prison pour quiconque répandrait « intentionnellement » le virus. Ces sanctions n’ont pas encore été appliquées. Le Premier ministre cambodgien a néanmoins rappelé leur existence à la population samedi, lors d'une allocution télévisée de deux heures. Hun Sen sollicite également une action rapide de la justice si des infractions sont constatées.

La représentante de l’OMS au Cambodge prévient que le pays pourrait être sur le point de connaître une tragédie nationale si le virus n’est pas rapidement arrêté, alors que le système de santé du pays en développement risque d’être submergé. Le Covid-19 a touché plus de 4 000 personnes au Cambodge et fait 26 morts.

សម្តេចតេជោ ហ៊ុន សែន អញ្ជើញថ្លែងសារពិសេសទាក់ទង នឹងស្ថានភាពជំងឺកូវីដ-១៩ នៅកម្ពុជា នៅព្រឹកថ្ងៃសៅរ៍ ១៣រោច ខែចេត្រ ឆ្នាំជូត...

Publiée par Samdech Hun Sen, Cambodian Prime Minister sur Vendredi 9 avril 2021

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail