Hong Kong: « journée d’éducation à la sécurité nationale »,10 mois après le passage de la loi

À Hong Kong, une journée d’éducation à la sécurité nationale a été organisée ce 15 avril, 10 mois après le passage de la loi sur la sécurité nationale, imposée par Pékin à Hong Kong le 30 juin dernier dans le but de contrôler par la force de la loi toute velléité de contestation (image d'illustration).
À Hong Kong, une journée d’éducation à la sécurité nationale a été organisée ce 15 avril, 10 mois après le passage de la loi sur la sécurité nationale, imposée par Pékin à Hong Kong le 30 juin dernier dans le but de contrôler par la force de la loi toute velléité de contestation (image d'illustration). REUTERS - TYRONE SIU

À Hong Kong, une journée d’éducation à la sécurité nationale a été organisée ce 15 avril, 10 mois après le passage de la loi sur la sécurité nationale, imposée par Pékin à Hong Kong dans le but de contrôler par la force de la loi toute velléité de contestation. Les autorités espèrent à présent faire entrer dans les esprits l’importance et la nécessité de cette loi. Mais malgré la pompe de la cérémonie officielle, les Hongkongais y ont à peine prêté attention.

Publicité

Avec notre correspondante à Hong Kong, Florence de Changy

Les officiels chinois qui se sont succédé au pupitre de la cérémonie officielle marquant aujourd’hui la première « journée d’éducation sur la sécurité nationale » ont semblé confiants et satisfaits. La loi a ramené l’ordre, la population l’a pleinement acceptée, ont-ils affirmé.

Les mots les plus durs ont été prononcés à l’égard des étrangers. « Si des forces étrangères tentent de se mêler des affaires de Hong Kong, ou de prendre Hong Kong en otage, on leur donnera une leçon », a ainsi déclaré Luo Huining, le directeur du bureau de Liaison, la plus haute représentation politique de Pékin à Hong Kong.

Le haut-commissaire de la police Chris Tang a quant à lui explicitement accusé des agents américains d’être à l’origine des émeutes de 2019.

À lire aussi : Hong Kong: Pékin entérine la réforme radicale du système électoral, l'opposition empêchée

Mini-manifestation aux abords de la cérémonie

Une mini-manifestation menée par quatre militants pro-démocratie a eu lieu aux abords de la cérémonie, pour réclamer la libération de tous les prisonniers politiques de Chine.

Mais c’est globalement dans l’indifférence générale que les Hongkongais ont marqué cette journée d’éducation à la sécurité nationale, la plupart n’étant même pas au courant, malgré les innombrables posters l’annonçant, dans les couloirs du métro et les abris bus, depuis plusieurs jours.

À lire aussi : Hong Kong: des figures du combat pro-démocratie condamnées pour une manifestation en 2019

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail