Birmanie: le leader de la junte invité au sommet de l'ASEAN

L’invitation du général Min Aung Hlaing serait-elle une reconnaissance de facto de la junte?
L’invitation du général Min Aung Hlaing serait-elle une reconnaissance de facto de la junte? - AFP/Archivos

En Birmanie, la répression violente du mouvement pro-démocratie pèse sur les célébrations du nouvel an bouddhiste. Ce samedi 17 avril, des centaines de Birmans se sont toutefois rassemblés devant la célèbre pagode Shwedagon, à Rangoun, pour prier. Ailleurs, notamment à Mogok au centre du pays, de nouveaux affrontements ont éclaté, faisant au moins un mort. Tandis qu’à Bangkok, le gouvernement thaïlandais a annoncé que le dirigeant de la junte participera au sommet de crise qui doit réunir les 10 pays membres de l'Association des nations du Sud-Est asiatique (ASEAN) le 24 avril en Indonésie.

Publicité

Ce serait le premier déplacement à l’étranger pour le général Min Aung Hlaing depuis que lui est ses hommes ont chassé le gouvernement élu d’Aung San Suu Kyi du pouvoir.

À Jakarta, il sera donc entendu par les autres pays membres de l’ASEAN, ce forum de dialogue régional qui peine à trouver une réponse coordonnée face à la répression sanglante en Birmanie. D’un côté, la Thaïlande, le Laos et le Cambodge sont hostiles à une ingérence dans les affaires intérieures de leur voisin birman. De l’autre, Singapour, la Malaisie et l’Indonésie voudraient voir l’ASEAN jouer un rôle plus actif.

À lire aussi : Birmanie: les députés déchus annoncent la formation d'un «gouvernement d'unité nationale»

L’invitation du général Min Aung Hlaing serait-elle une reconnaissance de facto de la junte ? Les militants et élus birmans ont accueilli la nouvelle avec défiance. « ASEAN, ne légitimez pas la junte », a tweeté l’opposante Wai Wai Nu. Le docteur Sasa, nommé envoyé spécial auprès de l’ONU par le gouvernement clandestin, juge qu’inviter celui qu’il appelle « l’assassin en chef » serait « honteux » et serait une « insulte faite aux familles des victimes de la répression ». 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail