Saisie record de coquillages géants aux Philippines

La saisie record de 200 tonnes de coquillages géants représente une valeur de près de 20 millions d’euros sur le marché noir.
La saisie record de 200 tonnes de coquillages géants représente une valeur de près de 20 millions d’euros sur le marché noir. AFP - HANDOUT

Dans l'archipel de Palawan aux Philippines, dans l'une des plus vastes opérations contre le trafic illégal, les autorités ont mis la main sur 200 tonnes de coquillages géants, et notamment des bénitiers. Ces coquillages sont très demandés en Chine, car ils remplacent l'ivoire issu de l'Afrique. Leur braconnage affecte de façon permanente l'écosystème marin. Quatre suspects ont été arrêtés, ils risquent jusqu'à huit ans de prison et une amende qui peut aller jusqu’à 50 000 euros.

Publicité

Des dizaines d’immenses coquillages blancs s’entassent sur une plage de sable fin, sur une photo prise par les garde-côtes philippins. Ce sont des bénitiers géants qui peuvent atteindre un mètre trente de longueur et peser jusqu’à 250 kilos.

L’espèce est protégée, car menacée d’extinction. Les Philippines tout comme la Chine interdisent de ramasser ces mollusques impressionnants pour préserver la biodiversité des fonds marins.

Près de 20 millions d’euros sur le marché noir

Mais le commerce illégal bat son plein. La saisie record de 200 tonnes de coquillages géants représente une valeur de près de 20 millions d’euros sur le marché noir. Les prix explosent, notamment depuis que le braconnage des éléphants en Afrique est plus durement sanctionné.

Les Chinois, première clientèle dans le monde, appellent les bénitiers géants « l’ivoire des mers ». Ils raffolent des bijoux et des sculptures d’un blanc immaculé en forme de bateau, de poissons ou de fleurs qui ont petit à petit remplacé ceux en ivoire.

En mer, ces coquillages abritent toutes sortes d’algues – une source de nourriture pour un grand nombre de poissons.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail