Manifestations anti-France: le Pakistan ne desserre pas la pression sur le parti religieux TLP

Manifestation du Tehreek-e-Labbaik à Lahore, au Pakistan, le 16 avril 2021.
Manifestation du Tehreek-e-Labbaik à Lahore, au Pakistan, le 16 avril 2021. REUTERS - STRINGER

Les autorités pakistanaises ont procédé mercredi 21 avril à une mise au point au cours d’une conférence de presse quant au parti radical religieux qui est à l'origine de violentes manifestations anti-France depuis qu'Emmanuel Macron a défendu le droit à la caricature au nom de la liberté d'expression en octobre dernier après le meurtre de Samuel Paty. Le Tehreek-e-Labbaik (TLP) reste interdit et son chef en prison au regard de la loi antiterroriste.

Publicité

Avec notre correspondante à IslamabadSonia Ghezali

Le gouvernement pakistanais avait reculé à l’issue de négociations avec le chef du parti arrêté la semaine dernière, en soumettant une motion sur l’expulsion de l’ambassadeur de France au Parlement, comme le réclamait le parti. Mais il a clarifié la situation mercredi 21 avril. Le chef du Tehreek-e-Labbaik (TLP) reste en prison ainsi que les dizaines de militants accusés de violences contre les forces de l’ordre.

►À lire aussi : Pakistan: l’Assemblée repousse le débat sur l’expulsion de l'ambassadeur de France

Quatre policiers ont été tués et plus de 800 autres ont été blessés dans les manifestations de la semaine dernière, rappelle Fawad Chaudhry, le ministre de l’Information. Côté manifestants, au moins cinq ont été tués, de nombreux autres blessés. 669 manifestants arrêtés non accusés de violence ont été libérés. Mais le statut du Tehreek-e-Labbaik ne change pas.

« L’interdiction qui pèse sur l’organisation est maintenue, ils peuvent bien sûr faire un recours pour contester cette décision. En ce qui concerne les personnes arrêtées, elles peuvent faire un recours devant la justice », a indiqué le ministre de l'Information en conférence de presse mercredi. Le parti est donc toujours interdit au regard de la loi antiterroriste.

La ministre pakistanaise des Droits de l'homme intervient : « Le message qui est transmis est que s’ils font usage de la violence, ils devront en assumer les conséquences dans le sens strict du terme. Il n’y aura aucun compromis là-dessus. L’État réagira », assure Shireen Mazari.

Les ressortissants français « en sécurité » au Pakistan

Quant aux Français qui vivent au Pakistan, ils sont en sécurité selon le gouvernement pakistanais. « Nous sommes engagés à leur garantir toutes les mesures de sécurité et nous les rassurons sur le fait qu’il y a une entière et parfaite sécurité. Toutes les villes sont sécurisées et la situation est sous contrôle », affirme le ministre de l’Intérieur, Sheikh Rashid Ahmed.

Il assure que les manifestations ont cessé. Cependant, des militants du TLP seraient toujours rassemblés au sein de leur quartier général, à Lahore.

►À écouter aussi : Manifestations anti-France au Pakistan: les raisons de la colère

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail