Chine: à cause de maîtres «non civilisés», tenir les chiens en laisse est désormais une obligation

En Chine, le nombre des animaux de compagnie a fortement augmenté ces dernières années, avec parfois des tensions avec des maître jugés «non civilisés» (image d'illustration).
En Chine, le nombre des animaux de compagnie a fortement augmenté ces dernières années, avec parfois des tensions avec des maître jugés «non civilisés» (image d'illustration). © Stéphane Lagarde / RFI

C’est le début du long pont de la fête du Travail également en Chine. Des congés pendant lesquels les propriétaires de chiens devront tenir leur animal en laisse. La loi entre en vigueur à compter de ce 1er mai dans un pays où le nombre des animaux de compagnie a fortement augmenté ces dernières années, avec parfois des tensions avec des maître jugés « non civilisés ».

Publicité

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

Cet amendement vient compléter la loi sur la prévention des épidémies animales adoptées en 1997. Plusieurs provinces en Chine demandent déjà de tenir les chiens attachés dans les espaces publics, avec parfois même des consignes quant à la longueur de la laisse, mais pour la première fois, le règlement s’applique au niveau national. Madame Wang et la boule de poils à ses pieds ne comprennent pas. « Mon pékinois est très gentil », dit cette grand-mère pékinoise : « Ma chienne ne mord pas et elle n’aboie jamais. Les grands chiens doivent être tenus en laisse comme les chiens agressifs qui se battent. Mais la mienne est très douce. »

Grands chiens déjà interdits

Les grands chiens sont déjà interdits dans une ville comme Pékin. Mais depuis que les toutous sont partout, certains se plaignent d’agressions. On n’a pas ce problème affirme Li Minh-hui, 25 ans qui élève dix chats à la maison : « Les chats miaulent, c’est quand même plus doux. Et puis comme ils ne sortent pas beaucoup, on les voit moins. Pourtant il y a aussi de plus en plus de gens qui aiment les chats. Moi je ne m’achète presque rien, mais je dépense beaucoup pour mes chats. »

La gentrification des mégalopoles chinoises passe aussi par l’augmentation des animaux de compagnie. La loi ne précise pas quelles sanctions seront prises contre les comportements « non civilisés de garde d’animaux », dit le texte. L’agence Chine Nouvelle rappelle de son côté que 50 yuans d’amende (moins de 7 euros) sont infligés à Nankin contre celle et ceux qui ne tiennent pas leur chien en laisse, avec des montants croissants pour les récidivistes.

Ramassage des déjections canines

Dans certaines résidences à Pékin des tournées de ramassage des déjections canines sur les pelouses sont organisées par des volontaires sur la messagerie Wechat en pointant du doigt les propriétaires peu soucieux de la propreté des parties communes.

À lire aussi : Démographie en Chine: «Le nombre des naissances n’a jamais été aussi bas depuis 1961»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail