Covid-19: le gouvernement australien interdit à ses ressortissants bloqués en Inde de rentrer

Pour se prémunir d’une propagation de l’épidémie de Covid-19 qui ravage actuellement l’Inde, le gouvernement australien a décidé d’interdire à ses propres ressortissants, s’ils se trouvent en Inde, de revenir en Australie. Cette mesure inédite au niveau mondial est contraire au droit international, mais le Premier ministre, Scott Morrison campe sur ses positions.
Pour se prémunir d’une propagation de l’épidémie de Covid-19 qui ravage actuellement l’Inde, le gouvernement australien a décidé d’interdire à ses propres ressortissants, s’ils se trouvent en Inde, de revenir en Australie. Cette mesure inédite au niveau mondial est contraire au droit international, mais le Premier ministre, Scott Morrison campe sur ses positions. DAVID GRAY AFP

Pour se prémunir d’une propagation de l’épidémie de Covid-19 qui ravage actuellement l’Inde, le gouvernement australien a décidé d’interdire à ses propres ressortissants, s’ils se trouvent en Inde, de revenir en Australie. Ceux qui essaient risquent jusqu’à cinq ans de prison et plusieurs dizaines de milliers d’euros d’amende. Cette mesure, contraire au droit international, suscite la polémique et est même accusée de racisme.

Publicité

Avec notre correspondant à Sydney, Grégory Plesse

Contre le Covid-19, l’Australie est prête à tout, même à empêcher ses propres citoyens de rentrer au pays. Tous les vols vers l’Inde ont été suspendus ces derniers jours et les Australiens sur place, environ 9 000 personnes, risquent la prison s’ils essaient de rallier l’Australie en faisant escale dans un pays tiers.

Cette mesure polémique est dénoncée par une partie de la classe politique australienne. C’est le cas de l’ancien Premier ministre, Malcolm Turnbull, pourtant issu de la même formation politique que le gouvernement actuel : « Nous avons un principe fondamental : les Australiens ont un droit inaliénable à rentrer chez eux. C’est l’un des droits conférés à tous les citoyens australiens. Et j’ai été choqué que ce droit ait, dans la pratique, été abrogé. C’est une erreur qui devrait être rectifiée. »

Accusée de racisme, cette mesure – inédite au niveau mondial – est contraire au droit international. La Déclaration universelle des droits de l’homme prévoit, en effet, que toute personne a le droit de retourner dans son pays.

Une mesure afin d'éviter une troisième vague en Australie 

Mais le gouvernement australien campe sur ses positions. C’est ce qu’a fait ce mardi le Premier ministre, Scott Morrison, dans une émission matinale australienne : « C’est une pause de deux semaines, pas une pause indéfinie, pas un confinement de quatre mois. Ce qu’on essaie de faire, c’est éviter qu’il y ait une troisième vague en Australie qui se répande à travers tout le pays. »

L’interdiction, qui vise les Australiens bloqués en Inde, doit être levée le 15 mai prochain. D’après un sondage, seulement un tiers de la population estime que le gouvernement australien n’a pas assez aidé ses ressortissants à l’étranger. 

► À lire aussi : Covid-19: le variant indien présent dans 17 pays selon l'OMS

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail