Afghanistan: douleur et colère à Kaboul après l’attentat contre une école

Les funérailles de victimes de l'attentat de Kaboul ont eu lieu ce dimanche 9 mai sur la colline Hadji Nabi, dans l’ouest de la capitale afghane.
Les funérailles de victimes de l'attentat de Kaboul ont eu lieu ce dimanche 9 mai sur la colline Hadji Nabi, dans l’ouest de la capitale afghane. © RFI / Sonia Ghezali

L’Afghanistan est endeuillé ce dimanche 8 mai après l’attaque contre une école survenue samedi dans l’ouest de Kaboul dans un quartier hazara, la minorité chiite du pays. Dernier bilan : au moins 50 morts, des dizaines de blessés. Des centaines de jeunes filles étaient en classe quand un kamikaze a fait exploser sa charge dans un véhicule garé près de l’établissement. Deux autres explosions ont suivi. Les Talibans nient toute implication. Des funérailles ont eu lieu depuis ce matin, sur la colline Hadji Nabi dans l’ouest de la capitale.

Publicité

Avec notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali

Les familles des victimes attendent que les tombes soient creusées. Sur la colline Hadji Nabi, les visages sont fermés, les traits tirés, les yeux rougis. Habib attend. Il est venu enterrer sa nièce  Qamal âgée de 17 ans. « Ma famille m’a appelé pour me dire que Qamal n’était pas rentée de l’école. On est allé dans un hôpital du quartier. On a vu son corps mais il était méconnaissable. Elle était défigurée. On n’a su que c’était bien elle grâce à sa montre. »

« Aucune garantie » de rentrer en vie

Amina, s’est accroupie près de la fosse, effondrée. Elle habite le même quartier que les élèves dont la vie a été fauchée samedi. « Le matin quand on va à l’école ou au travail, on n’a aucune garantie que l’on rentrera en vie à la maison »

Mon frère est au lycée.  Il m’a dit : « Aujourd’hui, c’est le tour de l’école de Sayed Shuhada. Demain ce sera le mien. Il n’y a aucune sécurité pour les gens qui vivent dans ce quartier, nous n’avons aucune garantie de rester en vie. »

Colère

Dans son quartier, les habitants sont en colère.  Ce dimanche matin encore, des altercations ont eu lieu entre des habitants et la police.  La population reproche aux autorités de négliger leur sécurité.

À lire aussi : Afghanistan: explosion meurtrière près d'une école à Kaboul

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail