Inde: les hauts fonctionnaires se rebiffent contre le pouvoir central

Le Premier ministre indien Narendra Modi à Ahmedabad, le 12 mars 2021.
Le Premier ministre indien Narendra Modi à Ahmedabad, le 12 mars 2021. REUTERS - AMIT DAVE

En Inde, les hauts fonctionnaires sont de plus en plus nombreux à s'élever contre le Premier ministre Narendra Modi. Dernier épisode en date : une révolte contre de nouvelles lois dans l’archipel des Laquedives. Cela fait suite à plusieurs frondes de fonctionnaires contre les décisions du parti BJP au pouvoir. 

Publicité

Avec notre correspondant à Bangalore,  Côme Bastin

Ils sont 93 anciens fonctionnaires à avoir écrit à Narendra Modi ce samedi. Leur crainte ? Que de nouvelles lois sur le développement des îles Laquedives conduisent à une multiplication des stations balnéaires sur le front de mer de ce territoire marin vierge.

Les signataires redoutent une défiguration de l’archipel avec le développement des débits d’alcool. Cette pétition n’est que le dernier épisode d’une opposition croissante entre le pouvoir central et les hauts fonctionnaires en Inde.

À lire aussi : Inde: 25 personnes arrêtées pour des affiches critiques de la gestion de la pandémie

En mai, 60 d’entre eux ont écrit au Premier ministre pour exiger l'arrêt du projet de réaménagement du Parlement à New Delhi. En pleine deuxième vague de la pandémie, ce chantier titanesque et coûteux évoque « Néron jouant du violon pendant que Rome brûle », peut-on lire dans la lettre.

Le gouvernement a imposé aux anciens fonctionnaires de ne pas commenter les questions politiques sous peine de voir leur retraite supprimée. Au Bengale, un secrétaire d’État a été démis après avoir refusé de rencontrer Narendra Modi. Autant d'éléments qui participent du sentiment d'être un pion au service du pouvoir central pour ces serviteurs de l’État.

À lire aussi : Covid-19: les méthodes douteuses du parti de Narendra Modi pour redorer son blason

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail