Dix démineurs tués lors d'une attaque dans le nord de l'Afghanistan

Opération de déminage en Afghanistan (image d'illustration).
Opération de déminage en Afghanistan (image d'illustration). ROBERTO SCHMIDT AFP/File

Dix employés de l'organisation de déminage Halo Trust ont été tués mardi 8 juin dans la province de Baghlan, au nord de l'Afghanistan. L'attaque a été revendiquée ce mercredi par le groupe État islamique.

Publicité

Il est près de 22h mercredi soir lorsque environ six hommes au visage dissimulé s’introduisent dans le complexe qui abrite les démineurs de l’ONG Halo trust. Se trouvent là 140 employés qui se reposent après leur journée de travail. Les attaquants coupent les générateurs et plongent dans l’obscurité les chambres des employés.

Ils rassemblent tous les hommes avant de leur demander si des Hazaras, la minorité chiite du pays, sont présents. Face au silence, il demande à parler au chef qui est aussitôt abattu, rapporte notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali. S’ensuivent deux heures de fusillade. Le commando vide ses armes sur les démineurs, allant « de lit en lit et assassinant de sang-froid le personnel » pour reprendre les mots du directeur de l’ONG. Celui-ci affirme que l’attaque a pris fin au bout de 2h grâce à l’intervention d’un groupe de talibans locaux qui a fait fuir le commando.

L'EI revendique l'attaque

L'attaque a été revendiquée ce mercredi par le groupe État islamique, a rapporté le site spécialisé Site intelligence. Dans un communiqué, l'EI explique avoir pénétré dans l'enceinte de l'association et « rassemblé les démineurs dans deux pièces avant d'ouvrir le feu sur eux ».

Les autorités afghanes, elles, ont accusé les talibans. Selon le vice-président les insurgés voulaient voler de l’argent et des mines en bon état. Les talibans ont pour leur part nié toute implication. 

L'Afghanistan est l'un des pays les plus minés au monde, une conséquence de plusieurs décennies de conflit. Au cours des derniers mois, la province de Baghlan a été le théâtre de violents affrontements, parfois quotidiens dans certains districts, entre les forces gouvernementales et les talibans. Dans les districts les plus en proie aux combats, des mines et des bombes ont été posées au bord des routes par les insurgés. Si ces explosifs ont pour objectif de viser les forces gouvernementales, il est fréquent qu'ils tuent et blessent des civils.

Les violences s'accroissent

Le HALO Trust a été fondé en 1988 pour retirer les mines laissées sur le sol afghan après l'occupation soviétique qui a duré près d'une décennie. Aujourd'hui, l'organisation humanitaire emploie plus de 2 600 Afghans, selon son site internet, et a retiré des mines dans près de 80% des champs de mines et de bataille enregistrés dans le pays.

Les violences n'ont fait que s'accroître depuis le 1er mai, date à laquelle les forces américaines ont entamé la dernière phase de leur retrait, ordonné en avril par le président Joe Biden. Ce retrait doit s'achever le 11 septembre au plus tard. Les insurgés tentent d'en profiter pour gagner du terrain. Mercredi, les talibans ont déclaré avoir abattu un hélicoptère de l'armée afghane dans la province de Wardak, près de Kaboul, mais le ministère de la Défense a déclaré que le crash de l'engin était dû à un problème technique.

À lire aussi : Les talibans demandent aux anciens interprètes afghans de formuler des «remords»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail