Chine: alerte sur l'épuisement des terres céréalières du nord-est

Récolte du blé dans la province du Hebei, dans l'est de la Chine, le 11 juin 2021.
Récolte du blé dans la province du Hebei, dans l'est de la Chine, le 11 juin 2021. REUTERS

Ce sont les terres céréalières parmi les plus fertiles de Chine. Les terres noires du nord-est chinois perdent de leur rendement en raison notamment de leur surexploitation ces 40 dernières années, affirme l’académie des sciences chinoises dans un livre blanc. Avec à la clé, un enjeu de sécurité alimentaire pour le pays.

Publicité

Avec notre correspondant à Pékin,  Stéphane Lagarde

Un livre blanc sur les terres noires du nord-est de la Chine, c’est le premier du genre et c’est le signe qu’il y a le feu à la rizière. Ce gros document de 50 pages en chinois commence par rappeler l’importance du grenier à blé du Dongbei.

Maïs, soja, riz, surtout : un tiers de la production céréalière chinoise vient de ces plus de 18 millions de terres arables étalées sur les trois provinces du Liaoning, du Heilongjiang et du Jilin. Le problème, c’est qu’avec le réchauffement climatique et l’agriculture extensive, le sol s’appauvrit, disent les académiciens.

Entre 1990 et 2000, la surface cultivée a augmenté de plus de 2 millions d’hectares, alors que la superficie des forêts diminuait de 410 000 hectares, les prairies de 570 000 hectares et les zones humides de 1,12 million d’hectares.

Qualifiée de « problème majeur » par le président chinois le 28 décembre 2020, la protection des terres noires est devenue une priorité nationale. Outre un « bon usage » des sols et le recours aux dernières technologies en matière agricoles, les scientifiques recommandent un mode d’élevage plus respectueux de l’environnement.

À écouter et lire aussi : La Chine fait flamber les prix des produits agricoles

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail