L'épidémie de Covid-19 hors de contrôle en Birmanie, une aubaine pour la junte?

Des personnels de santé approvisionnent en oxygène un patient malade du Covid, à Kale, en Birmanie, le 5 juillet 2021.
Des personnels de santé approvisionnent en oxygène un patient malade du Covid, à Kale, en Birmanie, le 5 juillet 2021. REUTERS - STRINGER

Les chiffres officiels, près 7000 nouvelles contaminations par jour, ne rendent pas compte de la réalité alors que beaucoup de médecins et d’infirmières sont toujours en prison, victimes de la répression de la junte. Mais les militaires pourraient essayer de tourner cette crise à leur avantage pour se forger une légitimité.

Publicité

Avec notre correspondant à Bangkok, Carol Isoux

Des milliers d’infection quotidiennes et des centaines de morts recensées. Les chiffres officiels ne reflètent pas l’ampleur de la tragédie sanitaire birmane. Comme une majorité de médecins et d’infirmière participent au mouvement de résistance civile à la junte, sont en grève ou cachés pour échapper à la répression, la plupart des hôpitaux ne fonctionnent plus, excepté l’important réseau d’hôpitaux militaires du pays, les seuls qui peuvent encore offrir de l’oxygène aux malades.

Une crise de cette ampleur peut aussi être pour les généraux une occasion de se forger une légitimité. Pour la juriste May Oo Mutraw, la situation pandémique rappelle celle qui avait suivi le coup d’État de 1988, où une épidémie de malaria avait décimé les mouvements de résistance cachés dans la jungle.

« C’est l’histoire qui se répète, à l’époque, même dans les zones de guerre. Plus de gens étaient morts de malaria que des combats et aujourd’hui, ces mêmes généraux, de la même institution, se disent qu’ils ont là une occasion en or de justifier leur pouvoir. Je crois qu’ils n’ont tout simplement pas compris ce qu’était une pandémie, le danger que cela représente… »

Plusieurs membres éminents du mouvement de résistance sont morts ces derniers jours, notamment en prison. La peur de l’épidémie met un terme provisoire aux manifestations anti-junte dans certaines villes.

► Lire aussi : En Birmanie, la situation humanitaire s'aggrave alors que l'économie reste paralysée

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail