Philippines: face au variant Delta, le gouvernement reconfine les enfants

Un père et ses deux enfants dans les rues de Manille, le 20 mars 2020.
Un père et ses deux enfants dans les rues de Manille, le 20 mars 2020. AFP - TED ALJIBE

Avec l'émergence du variant Delta aux Philippines, le gouvernement craint une nouvelle vague. Il a donc imposé un nouveau confinement aux enfants âgés de 5 à 17 ans.

Publicité

Avec notre correspondante à Manille, Manon Tomzig

Elena Magaleng habite un quartier populaire de Manille. Elle ne sait pas comment elle va annoncer ce nouveau confinement à son fils de 12 ans. « Il va sûrement être très déçu. Je pense que c’est difficile pour lui parce que ça fait longtemps qu’il est confiné à la maison, depuis le début de la pandémie. On n’a pu aller se promener avec lui que quelques jours. Alors que c’est un enfant très actif, qui aime courir partout », confie-t-elle.

De toute la population mondiale, les enfants philippins sont ceux qui ont vécu le plus long confinement : un an et demi. Ils n'ont été autorisés à ressortir de chez eux qu'il y a trois semaines. L'annonce du gouvernement est d'autant plus difficile pour le fils d'Elena Magaleng qu'il est le seul des quatre enfants de la famille à avoir moins de 17 ans. Donc le seul du foyer à être à nouveau confiné, explique sa mère. « Quand on sort, il demande toujours s’il peut venir avec nous. Mais il n’a pas le droit. Parfois, il se met à pleurer. Alors je fais en sorte de toujours lui rapporter un petit cadeau. »

Une rentrée scolaire repoussée

Obligé de rester à la maison depuis près d’un an et demi, le fils d’Elena Magaleng tourne en rond. Ses parents ont remarqué le poids du confinement sur le comportement de l’enfant. « Il reste allongé sur le lit ou il va chez les voisins. Sinon il regarde la télévision ou il joue avec le téléphone portable, poursuit-elle. Parfois, quand on lui demande de faire quelque chose, il se met en colère. »

Les enfants ont également peu d’espoir de retrouver les bancs de l’école prochainement. La rentrée scolaire a été repoussée de six semaines. Et aucun retour en classe n’a été annoncé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail