Reportage

Chine: après les inondations, des villages toujours sous les eaux

Des résidents de Xinxiang dans la province chinoise du Henan sauvés des inondations sur un chargeur, le 26 juillet 2021.
Des résidents de Xinxiang dans la province chinoise du Henan sauvés des inondations sur un chargeur, le 26 juillet 2021. AFP - STR

Après les pluies torrentielles et dévastatrices qui ont frappé la semaine dernière Zhengzhou, capitale provinciale du Henan au centre du pays, la pluie s’est calmée ce week-end. Mais les habitants des villages au nord de l'agglomération ne sont pas tirés d’affaire : les rivières débordent, des barrages et des digues ont cédé. Pour éviter des catastrophes, les autorités ont même fait sauter des digues afin de détourner l’eau de manière contrôlée, en sacrifiant des villages pour sauver des zones plus peuplées.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Zhengzhou, Simon Leplâtre

Sur le bord de la route près de Zhaozhuang, au nord de Zhengzhou, c’est l’exode. Lei Yun, quarante ans, est prête à partir. La voiture est pleine à craquer : à l'intérieur, ses fils, ses nièces et quelques affaires emportées à la va-vite. Leur maison a été submergée.

« La digue n’a pas résisté, raconte-t-elle. On était sur la digue, sans nourriture, sans eau. Les secours évacuent en ce moment les gens sur des canots pneumatiques. On aidait tous à renforcer la digue avec des sacs remplis de terre. On a essayé de colmater la brèche. Sur le moment, je n’avais pas peur. Mais maintenant que j’y repense… »

Comme des centaines de milliers de sinistrés, Lei Yun est sous le choc. Malgré le retour du soleil à Xinxiang, une petite ville des environs, certains quartiers sont encore inondés. Dans la rue principale, cernée par les eaux, les secours distribuent des vivres. Des dizaines d’habitants profitent d’un générateur électrique pour recharger leur smartphone. 

À lire également : Chine: après les inondations, le pompage de l'eau a démarré

« Pendant l'inondation, je n’osais pas m’endormir le soir »

« Il n’y a plus d’eau, plus d’électricité, plus de gaz, on ne peut pas faire à manger, déplore l'un d'eux. On se retrouve à ramasser du bois sur le bord de la route, et on cuisine au feu de bois ! Pendant l’inondation, j’étais terrifiée, je n’osais pas m’endormir le soir. Je me disais : s’ils relâchent encore de l’eau, peut-être qu’elle pourra monter jusqu’au premier étage, chez moi aussi ! »

Officiellement le bilan est de 69 victimes, mais il pourrait être beaucoup plus lourd.

► À lire aussi : Inondations en Chine: des doutes sur le nombre réel de morts à Zhengzhou

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail