La Chine va nommer un nouvel ambassadeur aux États-Unis, proche de Xi Jinping

Le diplomate chinois Qin Gang (au centre) lorsqu'il était vice-ministre des Affaires étrangères, à l'occasion d'une réunion du comité international sur la Libye, le 16 février 2020 en marge du 56e Conférence de Sécurité de Munich, dans le sud de l'Allemagne.
Le diplomate chinois Qin Gang (au centre) lorsqu'il était vice-ministre des Affaires étrangères, à l'occasion d'une réunion du comité international sur la Libye, le 16 février 2020 en marge du 56e Conférence de Sécurité de Munich, dans le sud de l'Allemagne. AFP - THOMAS KIENZLE

Le chassé-croisé des diplomates continue entre Pékin et Washington. Au lendemain de la visite de la vice-secrétaire d’État américaine Wendy Sherman à Tianjin sur la côte est chinoise, le vice-ministre chinois des Affaires étrangères a pris l’avion pour Washington ce mardi 27 juillet. Qin Gang doit en effet devenir le nouvel ambassadeur de Chine aux États-Unis. Un proche du président Xi Jinping qui a commencé sa carrière à Londres.  

Publicité

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde  

C’est un spécialiste de l’Europe qui part aux États-Unis. Si ce manque d’expérience sur les questions américaines a surpris certains observateurs. D’autres y voient un nouveau départ dans les relations tumultueuses entre la première et la deuxième économie du monde, alors que Joe Biden s’est justement rapproché des Européens.

Cette confirmation annoncée dans plusieurs médias n’a pas été confirmée officiellement. Cela sera fait « en temps voulu », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Pékin mardi dans son point de presse quotidien.

Comme l’ensemble des diplomates chinois, à 55 ans, Qin Gang est d’abord un bon soldat au service de son pays et du Parti. Né à Tianjin comme l’ancien Premier ministre Wen Jiabao, c’est sous ce dernier qu’il a rejoint une première fois le département de l’Information et le porte-parolat du ministère chinois des Affaires étrangères.

Les correspondants étrangers qui étaient là, se souviennent de ses nombreuses interventions lors de la bataille diplomatique entre Pékin et Tokyo autour de l’archipel disputé des Diaoyu-Senkaku en mer de Chine orientale.

À lire aussi : Pour leur première entrevue de l’ère Biden, Pékin et Washington renouvellent leurs griefs

« Nouvelle ère »

Parfaitement anglophone, plutôt direct dans sa défense des intérêt de la Chine, Qin Gang a gravi rapidement les échelons de la diplomatie chinoise. Après plusieurs aller-retour entre le département des Affaires d’Europe occidentale, puis le département de l’Information et l’ambassade de Chine au Royaume-Uni, il devient le plus jeune vice-ministre des Affaires étrangères en 2018. Il accompagnera ensuite le chef de l’État Xi Jinping dans la plupart de ses voyages à l’étranger, jusqu’à la crise sanitaire.

Le nouvel ambassadeur va-t-il conserver la ligne relativement modérée de son prédécesseur, Cui Tiankai, resté 8 ans en poste à Washington ? Rien n’est moins sûr. La Chine est depuis entrée dans une « nouvelle ère », répètent en boucle les médias officiels, celle de l’affirmation de sa puissance.  

► À lire également : Pékin exhorte les États-Unis à arrêter de « diaboliser » la Chine   

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail