Chine: le gouvernement ouvre une enquête sur les inondations dans le centre du pays

Les pluies torrentielles et les crues qui ont affecté la province du Henan le mois dernier ont fait 302 victimes et 50 sont toujours portées disparues.
Les pluies torrentielles et les crues qui ont affecté la province du Henan le mois dernier ont fait 302 victimes et 50 sont toujours portées disparues. © AFP

Le bilan des inondations a été revu très nettement à la hausse dans le centre de la Chine où les pluies torrentielles et les crues qui ont affecté la province du Henan le mois dernier ont fait 302 victimes et 50 disparus. Alors que tous les sinistrés n’ont pas encore retrouvé leur domicile, le gouvernement central a décidé de lancer une enquête pour évaluer la réponse à apporter à la catastrophe.

Publicité

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

Un bilan des victimes multiplié par trois en l’espace d’une semaine, l’ouverture d’une enquête par le Conseil d’État, les dirigeants du Henan doivent être dans leurs petits souliers.

De l’avis même d’un éditorialiste de la presse officielle, « il est extrêmement rare que ce genre d’enquête ne trouve aucun responsable et qu’aucune sanction ne soit nécessaire ». Autrement dit, des têtes pourraient tomber. Comme cela a été le cas pour deux responsables de la santé, limogés suite à la découverte de cas de Covid-19 à Zhengzhou.

L'alerte des « trois suspensions »

Les enquêteurs vont devoir analyser la réponse des pouvoirs publics suite aux pluies diluviennes de cette fin d’après-midi du 20 juillet, qui marquent encore les habitants de la capitale provinciale où 200 millimètres de précipitations sont tombés en moins d’une heure. Ils devront aussi mesurer si la catastrophe pouvait être davantage anticipée.

Les témoins ont raconté que les eaux avaient rempli les tunnels de la ville en une dizaine de minutes, ce qui avait déjà entraîné des doutes concernant les premiers bilans des victimes. Certains ont été surpris au travail, d’autres dans les transports et notamment dans le métro partiellement inondé. Vu la couleur du ciel, le bureau de la météo avait pourtant lancé l’alerte dite des « trois suspensions », demandant justement l’interdiction des rassemblements, la fermeture des écoles et des entreprises, selon le journal Caixin qui a depuis supprimé son article.

« Tirer les leçons de la catastrophe »

Ce type d’inondations survient généralement après des pluies prolongées qui remplissent les bassins fluviaux. Sauf que cette fois, la montée des eaux a été très rapide. L’équivalent d’un an de pluie est tombé en trois jours sur 1 663 cantons abritant plus de 14,5 millions d’habitants. Un million et demi de personnes ont été déplacées, les pertes économiques sont estimées à près de 12 milliards d’euros pour l’ensemble de cette province, la plus peuplée de Chine.

Selon l’agence Chine Nouvelle, l'équipe dirigée par le ministère de la Gestion des urgences devra « tirer les leçons de la catastrophe et proposer des mesures pour améliorer la prévention et les secours ». Comme à Wuhan au printemps 2020, cette enquête lancée par le gouvernement central est une manière aussi d’apaiser le ressentiment d’une partie des sinistrés concernant un éventuel manque d’anticipation des autorités locales.

► À écouter aussi : Chine: après les inondations, des villages toujours sous les eaux

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail