Évacuations d'Afghanistan: un gigantesque pont aérien mobilise des avions du monde entier

Des Afghans assis à bord d'un avion militaire américain pour quitter l'Afghanistan, à l'aéroport militaire de Kaboul, le 19 août 2021.
Des Afghans assis à bord d'un avion militaire américain pour quitter l'Afghanistan, à l'aéroport militaire de Kaboul, le 19 août 2021. AFP - SHAKIB RAHMANI

L'évacuation de diplomates, d'autres étrangers et de milliers d'Afghans se poursuit dans des conditions difficiles à Kaboul. Un pont aérien incessant depuis la prise de pouvoir des talibans dimanche 15 août mobilise une noria d'avions du monde entier.

Publicité

Ils sont encore des milliers en Afghanistan à vouloir fuir le pays en essayant d'accéder à l'aéroport de Kaboul tenu par les forces américaines, mais dont les abords sont étroitement contrôlés par les talibans qui entravent l'accès.

L'Allemagne a déjà fait sortir 500 personnes, dont 202 Afghans. Berlin a par ailleurs approuvé l'envoi de 600 soldats à Kaboul pour soutenir l'évacuation du plus grand nombre de personnes possible, jusqu'au 30 septembre au plus tard.

Nouveau vol d'Afghans vers la France 

Le pont aérien français via les Émirats se poursuit, avec l'arrivée prévue ce jeudi d'un nouveau vol avec 120 personnes, là encore essentiellement des Afghans. Les premiers Afghans mis en sécurité par la France sont arrivés mercredi soir 18 août à Paris.

« Nous sommes en train de recenser un certain nombre de besoins très urgents ; on parle sans doute de quelques milliers de personnes à exfiltrer », majoritairement des Afghans, a déclaré jeudi le secrétaire d'État français aux Affaires européennes, Clément Baune. La France sera « au rendez-vous de l'asile » pour les Afghans menacés, a-t-il dit, évoquant la « possibilité » d'un sommet extraordinaire européen.

À écouter aussi : Arrivée des Afghans exfiltrés de Kaboul: «beaucoup peuvent demander l'asile»

Les États-Unis affirment avoir déjà évacué 7 000 personnes

Environ 7 000 personnes ont été évacuées d'Afghanistan par l'armée américaine depuis le 14 août, affirme le général Hank Taylor, qui estime que 5 à 9 000 personnes peuvent être transportées chaque jour par les avions militaires américains, au départ de Kaboul.

 Au total, près de 12 000 personnes ont été évacuées depuis la fin juillet, a ajouté ce haut gradé de l'armée des États-Unis. Parmi eux, des citoyens américains, des membres de l'ambassade américaine et des Afghans ayant travaillé pour Washington, notamment en tant qu'interprètes pour l'armée américaine, demandant un visa d'immigration spéciale (SIV) par crainte des représailles des talibans.

Au total, Washington prévoit d'évacuer plus de 30 000 personnes et s'est dit prêt à augmenter la cadence des évacuations au moment où des milliers d'Afghans tentent de quitter le pays.

Mais le département d'État américain affirme que les talibans ne tiennent pas leur promesse et empêchent les Afghans qui souhaitent quitter le pays d'atteindre l'aéroport. Aux alentours de l'aéroport de Kaboul, les scènes de détresse continuent. 12 personnes sont mortes depuis dimanche. Les images sur les réseaux sociaux montrent une foule importante d'Afghans et d'Afghanes de tous âges, désespérés, coincés entre une cloture de barbelés et les talibans.

Les États-Unis ont envoyé 6 000 militaires pour sécuriser l'aéroport de Kaboul. Le Royaume-Uni a de son côté évacué 306 Britanniques et 2 052 Afghans.

Ponts aériens vers les autres pays

L'Espagne a engagé une première série de rotations avec trois avions militaires via Dubaï. Le premier avion qui ramenait une cinquantaine d'Afghans et quelques Espagnols est arrivé ce jeudi matin.

La Turquie, qui a déjà fait rentrer 324 de ses ressortissants lundi 16 août, organisait mercredi le retour de plus de 200 autres depuis Kaboul.

D'autres départs de nationaux et d'Afghans ont déjà eu lieu depuis le week-end dernier notamment vers les Pays-Bas, la Pologne, le Danemark, la Norvège, la République tchèque, la Hongrie et la Bulgarie.

Un premier vol d'évacuation de Kaboul transportant 35 ressortissants néerlandais ainsi que belges, britanniques et allemands a atterri mercredi soir à l'aéroport d'Amsterdam. 

Un autre avion transportant l'ambassadeur des Pays-Bas, une équipe consulaire d'urgence et 62 militaires a atterri mercredi soir à Kaboul, pour effectuer le plus d'évacuations possibles. Quinze Roumains n'ont pas réussi à gagner l'aéroport de Kaboul et l'avion dépêché par leur pays n'est reparti qu'avec un seul ressortissant. Le Danemark a exfiltré environ 320 personnes de Kaboul. 

202 Afghans ont atterri à l'aéroport de Rome avec dans le groupe une militante des droits humains, Zahra Ahmadi, et du personnel de la Fondation Veronesi, qui avait exploité un centre de cancérologie à Hérat, aujourd'hui fermé.

À lire aussi : Afghanistan: l'Inde face au casse-tête du rapatriement de ses ressortissants

L'appel des ministres du G7 aux talibans

Réunis ce jeudi en préparation du sommet virtuel des dirigeants du G7 sur la situation en Afghanistan prévu la semaine prochaine, les ministres des Affaires étrangères du « groupe des 7 » ont réclamé aux talibans de garantir la « sécurité » des étrangers et des Afghans désireux de quitter l'Afghanistan, évoquant « l'importance d'une coopération étroite et efficace afin de permettre les évacuations de Kaboul », affirme Dominic Raab, le chef de la diplomatie du Royaume-Uni, pays qui assure actuellement la présidence de ce regroupement informel de sept économies parmi les plus avancées au monde.

À  lire aussi : Afghanistan: les pays occidentaux réclament des couloirs humanitaires sécurisés

Les ministres ont appelé les talibans à « respecter leurs engagements à assurer la protection des civils, et sont sérieusement préoccupés par les informations faisant état de représailles violentes dans certaines parties de l'Afghanistan », indique encore Dominic Raab. Les ministres ont également rappellé le respect du droit international humanitaire et ont demandé aux talibans de s'assurer que l'Afghanistan n'abrite pas une menace terroriste pour la sécurité internationale.

(Avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail