Népal

Séisme au Népal: une troisième nuit d’angoisse

Les douloureuses cérémonies de crémations des victimes du séisme, à Katmandou, ce 27 avril 2015.
Les douloureuses cérémonies de crémations des victimes du séisme, à Katmandou, ce 27 avril 2015. REUTERS/Danish Siddiqui

La nuit est tombée sur Katmandou. Une nouvelle réplique a eu lieu à 21h (heure locale). Quarante-huit heures après le séisme qui a frappé le Népal, le bilan dépasse désormais les 4 300 morts, selon ministère de l'Intérieur népalais. La capitale népalaise est à l'arrêt. Les Népalais attendent l'aide internationale. 

Publicité

La capitale népalaise est à l'arrêt, décrit notre envoyé spécial Sébastien Farcis, l'un des premiers journalistes français à arriver à Katmandou. Les rideaux de fer des magasins sont tirés pendant la journée, les habitants marchent doucement, le regard un peu perdu. Tout le monde semble attendre que ce cauchemard se finisse.

Une réplique a encore frappé vers 9h du soir. Cela fait plus d'une vingtaine de secousses depuis l'énorme séisme qui a frappé la région samedi matin. Ces tremblement répétés jouent avec les nerfs des habitants, qui ne savent plus qui ou quoi croire. Des rumeurs se propagent, et trouvent même un écho à la radio nationale, Elles affirment que de gros tremblements sont encore à venir. Pourtant, les répliques semblent se faire plus rares et moins fortes.

Des centaines de milliers de personnes ont tout de même choisi de dormir sur les trottoirs, dans leurs voitures ou dans les parcs, pour la troisième nuit consécutive, afin ne pas sombrer sous le béton de leur appartement en cas de forte secousse. « Demain mardi, peut être, nous rentreront chez nous », confient-ils.

Les rescapés du séisme cherchaient ce lundi à s'approvisionner en produits alimentaires craignant des pénuries. Les craintes de maladies ont également émergé parmi les dizaines de milliers d'habitants ayant perdu leur logement et contraints de camper dans des parcs.

Une liste des points de distribution en eau et en nourriture à Katmandou et dans les environs est diffusée depuis ce matin sur les réseaux sociaux. L’aide s’organise dans la capitale népalaise, même si évidemment la plupart des victimes n’ont pas accès aux moyens de télécommunications.

Des centaines de personnes tentaient toutefois ce lundi de fuir Katmandou, la capitale du Népal, dévastée par le séisme qui a provoqué la mort de plus de 4 000 personnes et fait plus de 7 500 blessés, selon un nouveau bilan provisoire.

Des villages totalement dévastés

La situation des régions reculées, et notamment les hautes vallées de Gorkha, situées non loin de l’épicentre du séisme est particulièrement inquiétante.

Des images filmées depuis les hélicoptères ont montré des villages à flanc de montages totalement dévastés. Les autorités parlent de dizaines de milliers d’habitations détruites, et notamment de nombreuses écoles qui, elles aussi, se sont effondrées. Dans l’un des pays les plus pauvres de la région, les dégâts pourraient représenter jusqu’à 50 % du PIB népalais, selon la presse indienne.

L’autre image forte de ce lundi 27 avril est celle des secours venus de l’étranger, pour la plupart des équipes de sauveteurs avec des chiens de recherches qui débarquent sur le tarmac de Katmandou. L’aéroport de la capitale népalaise tourne avec la régularité d’une horloge, raconte l’AFP. Certains avions ont dû patienter jusqu’à deux heures avant de pouvoir se poser raconte ainsi le Nepali Times.

Les rues de Katmandou sont remplies de ces familles déplacées. Les trottoirs et parcs reconvertis en camps de fortune...

Ecoutez le reportage de notre envoyé spécial à Katmandou

Aide américaine de 10 millions de dollars

Parmi les premiers à envoyer des secours, les pays voisins, dont la Chine, l’Inde, le Pakistan et le Bangladesh. Un avion japonais était également attendu dans l’après-midi. La France, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, a annoncé l’arrivée d’ici à mercredi soir 29 avril de 40 tonnes d’aide humanitaire, dont des générateurs électriques, des tentes, des médicaments et du matériel chirurgical. Une équipe de la sécurité civile chargée de la question de l’eau potable est déjà arrivée sur place lundi matin. François Hollande a d’ailleurs annoncé ce matin l'envoi par la France de « moyens supplémentaires » au Népal, où « au moins deux ressortissants français » ont trouvé la mort.

De nombreux pays ont décidé d’aider financièrement ou matériellement le Népal, qui est l’un des pays les plus pauvres d'Asie. Les Etats-Unis vont apporter une aide totale de dix millions de dollares d'aide, a annoncé le secrétaire d'Etat américain John Kerry. 

Parmi les nombreuses ONG présentes sur place, l’association Handicap international est sur le pied de guerre, elle est implantée à Katmandou depuis 2001. Actuellement, elle distribue activement du matériel médical et participe à l’acheminement des blessés jusqu’aux hôpitaux. Elle avait certes anticipé la catastrophe, mais l’association le reconnaît : sur place, la situation n’est pas simple.

Le souci majeur qu'on peut avoir, c'est l'accessibilité humanitaire aux zones les plus fortement touchées...

Jérôme Besnier

Les pays voisins meurtris

Même si le bilan est beaucoup moins élevé qu'au Népal, le séisme a aussi causé des dégâts dans les pays voisins, environ 90 morts pour l'Inde, la Chine, le Bangladesh et le Pakistan.

En Inde, dont le Népal couvre la bordure nord-est, les autorités font état de 67 morts, en majorité dans l’Etat oriental du Bihar et dans celui du Bengale occidental, situés près du Népal. Le séisme a également été ressenti à New Delhi et dans d’autres villes du nord, comme Jaipur.

De l’autre côté du Népal, en Chine, c’est la région autonome du Tibet qui a été touchée. Au moins 20 personnes sont mortes, selon la presse officielle chinoise. Le China Daily parle aussi de 58 blessés, quatre disparus, des milliers de maisons détruites, des routes endommagées et les télécommunications coupées à Xigaze, dans l’Est, où 54 temples ont été touchés. Au moins 12 000 personnes ont été déplacées, toujours selon la presse officielle qui parle de milliers de sauveteurs envoyés sur place.

Au Bangladesh, au sud-est du Népal, quatre personnes sont mortes : trois femmes et un fermier qui traversait une rivière quand la secousse a retourné le bateau. Le séisme a été ressenti dans tout le pays. Même chose au Pakistan, où par contre aucune victime n’a été recensée. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail