Accéder au contenu principal
Afghanistan

Afghanistan: 50 tués dans un attentat, l’Otan reste après 2014

Les forces de l'ordre sécurisent la zone après l'attaque-suicide contre la députée Shukria Barakzai, le 16 novembre 2014.
Les forces de l'ordre sécurisent la zone après l'attaque-suicide contre la députée Shukria Barakzai, le 16 novembre 2014. REUTERS/Omar Sobhani
Texte par : RFI Suivre
2 min

En Afghanistan, près de la frontière avec le Pakistan, un attentat-suicide au cours d’un match de volley-ball a coûté la vie à au moins 50 personnes et fait au moins 60 blessés ce dimanche 23 novembre. Un attentat qui n’a pas été revendiqué dans l’immédiat. Cette attaque a eu lieu alors que ce même jour le Parlement afghan a adopté un accord de sécurité avec les Etats-Unis et l’Otan pour prolonger la présence de troupes occidentales dans le pays après 2014.

Publicité

Avec notre correspondant à Kaboul, Joël Bronner

Des centaines de personnes étaient rassemblées pour assister en fin d’après-midi à un match de volley-ball dans la province de Paktika, dans l’est de l’Afghanistan, lorsque l’explosion s’est produite. Selon le vice-gouverneur de la province, c’est un kamikaze à moto qui aurait perpétré cette attaque, dans laquelle plusieurs policiers locaux ainsi qu’une majorité de civils ont trouvé la mort.

La dernière attaque visant particulièrement des civils avait eu lieu en juillet dernier, dans cette même province de Paktika. A l’époque, c’est un marché qui avait été visé par une voiture piégée et une quarantaine de personnes avaient été tuées.

Quelques heures avant l’attentat de ce dimanche, le Parlement afghan a adopté un accord de sécurité, qui avait été signé juste après l’entrée en fonction du nouveau président afghan Ashraf Ghani. Cet accord autorise environ 12 000 soldats étrangers, essentiellement américains, à rester dans le pays après le départ des troupes combattantes de l’Otan en fin d’année.

La mission de ces militaires devrait essentiellement consister à poursuivre la formation de l’armée afghane. Même si les troupes de Washington, on l’a appris ce week-end, se réservent le droit de continuer à affronter directement les talibans et les membres d’al-Qaïda pendant encore au moins un an sur le terrain afghan.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.